D'ancestraux pouvoirs dorment dans un monde merveilleux. Explorez-le, évoluez avec lui... Maîtrisez l'Angardia.
 
AccueilProfilMessages PrivésL'UniversLe BestiaireLes ObjetsLes GroupesLes MembresDes Questions ?

AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessageCaractéristiques
Le Tremblecrâne
Croqueur de Morts
Croqueur de Morts
avatar


MessageSujet: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Ven 2 Déc - 0:35

Rappel du premier message :

Une table à quelques centimètres de la cheminée, cela a des avantages certains. Outre la chaleur apaisante lors du douloureux hiver d'Angardia, cela peut également permettre de créer une ambiance captivante lors de la découverte d'une nouvelle quête bien mystérieuse...
En cas de bagarre majeure, le tison rougi par les flammes est à portée de main - une aubaine !

Sept sièges de chêne brut s'offrent à vous - c'est dur et c'est peu de place, mais pour un petit groupe déterminé, c'est bien assez !

Chaque table réservée par une compagnie le reste jusqu'à sa dissolution, c'est la loi ici bas.
Mais il arrive régulièrement que, bon prétexte à quelques beuveries, une compagnie en invite une autre à sa table afin de discuter de leurs dernières aventures épiques.


Dernière édition par Le Tremblecrâne le Mar 17 Jan - 22:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessageCaractéristiques
Xerrar
Consacré
Consacré



MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Lun 30 Jan - 22:36

Xerrar eu un mauvais présentiment venu de la bibliothèque. Il s'excusa et partit à toute allure de la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer



MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 31 Jan - 15:13

Prenant une chaise à l'autre côté de la table, le mage des morts s'assit et regarda Balbereith.

-Je ne savais pas que c'était l'usage ici d'offrir une bière à un nouveau venu et de partir avant qu'il n'ait le temps de boire une seule gorgée... J'espère qu'il ne trouvera pas les ennuis dont il se soucie.
Mais, pour l'instant, parlons d'autre choses. On me nomme Radnar, et comme vous avez si vite noté, je suis un étudiant de ce que certains appellent la magie sombre. Mais, rassurez vous, je l'emploie avec prudence. A mon humble avis, l'usage de n'importe quel art mystique devrait être à la service de la connaissance et utilisé là où l'intelligence ou la force ne suffisent pas. Par exemple, vous avez si bien su manipuler l'élémentaire de feu dans l'arène afin d'aider votre compagnon - Xerrar, n'était-il - à vaincre l'ours. Bien que vous ayez l'air très capable, j'imagine que votre propre force physique ne vous aurait pas permis à l'aider si efficacement. J'ai beaucoup admiré votre adresse avec le feu. Si vous permettez la question, ou est-ce que vous avez dévéloppé un talent si prodigieux?
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré



MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 31 Jan - 18:44

Elle observait le nécromant avec neutralité, les actes, plus que la paroles définiront s'il est bon ou mauvais. Elle l'écoutait, aussi bien son opinion que ses compliments. Lorsqu'il eut fini, elle resta silencieuse pendant quelques secondes, cherchant une réponse à sa question. Elle ne savait pas réellement pourquoi... L'origine de la magie de son peuple, qui était grandement différente des dragons actuels, était les dieux, ceux qui avaient créé les mondes, ils avaient créé les dragons pour protéger le monde qui servait de passerelle entre le palais Astral et le reste du réseau que constitué les autres mondes. Ils devaient protéger contre les Abysses, Mais cette réalité semblait s'être estompée. D'autres dieux, d'autres mondes, mais pourtant même magie. Elle décida de dévoiler certaines choses et de ne pas en dire d'autres, elle allait juste dire le nécessaire pour distraire la curiosité de son interlocuteur.

- Ce talent comme vous le qualifiez est une qualité innée chez mon peuple, nous sommes tous doués naturellement pour la magie... Quoique mes pouvoirs sont ridicules face à mes anciens pouvoirs... Mais je garde tout de même un avantage sur mes adversaires, je connais une grande partie de la théorie, qui semble moins présente ici, j'ai juste perdu la pratique, à mon plus grand malheur... Je préfère travailler sur le deuxième plan de réalité qu'est la magie que le premier plan que constitue la force physique... Je modifie la matière alors que vous, vous avez choisi de travailler sur l'âme, source de magie qui anime toute chose, consciente ou inconsciente, pourquoi la nécromancie ? Pourquoi tant de risques, aussi bien physiques qu'intellectuels ?


Le Guide : +17 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 31 Jan - 23:07

Il considerait ce qu'elle venait de dire sur ses origines, ce "peuple" et cette allusion intriguante des "anciens pouvoirs". Vraiment, elle l'intriguait et il croyait avoir le début d'une intuition là-dessus. Si elle était correcte... Il fallait pourtant ne pas y plonger en toute hâte. Pour l'instant il valait mieux répondre à la question posée sur son choix de suivre une voie fantomatique.

-N'êtes vous jamais entrée dans une biblothèque, feuilleté des livres anciens par-ci, étudié des parchemins antiques par-là et songé à ce qu'on pourrait apprendre des auteurs s'ils étaient toujours parmi nous, parmi les vivants? Est-ce que vous vous êtes demandée ce qu'étaient devenues les connaissances de ceux qui n'avaient jamais pu mettre une plume d'oie à un codex? J'y songe souvent.
Pour la plupart du monde ce qui est perdu à la mort d'une âme intelligente et lumineuse l'est définitivement. Mais pour moi, et pour les autres qui ont choisi la voie de la nécromantie ce ne soit pas le cas. Dans les bonnes conditions, à travers les bons rituels, ce qui avait été perdu est retrouvé, mais, bien entendu, pour un prix. Pour le savoir, c'est un prix que j'accepte volontiers.
Vous évoquez les risques intellectuels, mais je vous pose la question. Ne serait-il pas un plus grand risque intellectuel que de laisser sombrer dans l'oubli les connaissances anciennes?
Vous mentionnez aussi vos anciens pouvoirs. N'est-il pas vrai qu'en étant conscient de son passé - et là je veux dire son propre passé aussi bien que celui de la société de laquelle on vient - on tire et les connaissances anciennes et une idée de ce qui pourrait se passer dans l'avenir?
Je vois en la nécromantie un des moyens les plus efficaces de puiser dans le puits du savoir ancien ou perdu. C'est pour ça que je cours les risques impliqués par mon art.


TC : = +15 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 31 Jan - 23:33

Sa soif de connaissance était une chose bonne en soi. Mais pour parler de l'éthique... Toute connaissance n'était pas bonne à savoir, et surtout à appliquer...

- Regardant mon passé, je pense que nombre des mes connaissances devraient sombrer avec moi dans ma tombe, cher ami, j'ai vu des choses horribles, des connaissances qui ne semblaient pourtant pas dangereuses, mais qui sont devenues l'origine de souffrances sans noms. Nécroman, imaginez, un simple symbole qui permet de relier un point de l'espace à un autre, seulement cela, Les deux point distant deviennent un unique point. Cette connaissance n'est pas mauvaise ni destructrice en soi, elle ne fait que lier deux endroits, ensuite prenez une sphère de métal, cette sphère peut être chargé en énergie magique, or toute énergie stocké dans la matière est un phénomène naturel, où est le mal ? Couplez maintenant ces deux connaissances, et vous avez une arme ! La sphère déchargera violemment l'énergie de son environnement au travers des deux points, à cause du phénomène de puits énergétique... La différence de niveau magique peut être élevée, et alors la liaison de l'espace peut être considérée comme un niveau 0 énergétique, et le monde souhaite l'équilibre magique donc de puissantes décharges se produiront pour tenter de rétablir l'équilibre des deux cotés du lien. Les deux connaissances n'étaient pas mauvaises en soi, mais leur combinaison peut être extrêmement dangereuse. Après il y a toujours la question sur l'éthique du mage, est ce que le mage doit absolument s'interroger sur ses recherches ou doit-il laisser l'artificier, ou l'enchanteur se poser la question sur ses projets de fabrication ? Je pense que la connaissance est nécessaire, pour comprendre des phénomène courant, mais rien ne sert de pousser le savoir trop loin... Il y a trop de risques, trop de dangers pour qu'une découverte soit mal employée...


Le Guide : +12 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 1 Fév - 15:31

Là, la manipulatrice de feu avait soulevé un point souvent utilisé par ceux qui parlait de la magie et surtout ceux qui avaient l'ouverture d'esprit pour dialoguer avec un nécromancien. Un point coutumier mais qui n'était pas, pour autant, moins intéressant.

- Sans vouloir être trop hyperbolique, toute action a la possibilité d'entraîner une série d'événements néfastes. Depuis que le premier forgeron a mis le métal en fusion et fabriqué la première épée, les races de ce monde ont eu la capacité de tuer plus facilement. Mais cette invention a aussi rendu possible l'avènement des civilisations organisées, chose que vous appreciez, j'imagine. Sans doute, une épée en elle seule est moins destructrice que votre décharge d'énergie, mais le principe de base est le même. Alors, je suis obligé à céder le point qu'une connaissance peut être utilisée pour des fins que la plupart du monde qualifierait comme mauvaises. Mais j'espère qu'en retour, vous êtes prête à admettre que n'importe quelle connaissance peut avoir des conséquences bonnes ou neutres aussi bien que mauvaises. Nul ne sait définitivement d'avance ce qu'une action ou une connaissance produira.

Et pour adresser vos réticences sur la manipulation des âmes je crois pouvoir employer la même échelle. En soi, cette manipulation est neutre, tout comme la vie et la mort sont neutres. La plupart du monde a peur de la "magie noire" parce qu'on ne comprendre pas cette vérité essentielle. Oui, je pourrais mourir en agonie si je ne suis pas prudent dans mon art. Mais il va de même pour vous. Vous pourriez, distraite pour une seconde, faire une erreur en jettant un sort, et vous brûler vivante ou même incendier toute un village. Par contre, je pourrais trouver un peu d'information en interrogant un spectre qui m'aiderait ou qui aiderait une personne de ma connaissance. Dans l'arène, votre élémentaire aidait à Xerrar et lui a permis de tirer cette flèche dans le crâne de l'ours et assurer que vous sortiriez vivants de la casèrne.
Quant à la question de la responsabilité de l'éthique, à mon avis, il ne faut pas s'en soucier trop puisque on ne peut rien faire la majorité du temps. Dans un laboratoire à l'autre bout du monde un autre mage ou un artificier pourrait être en train, maintenant, de créer un rituel ou de fabriquer un appareil qui détruirait le monde. Mais vous et moi, nous sommes ignorants du fait et nous ne pouvons rien. Tout ce que nous pouvons faire c'est de juger, pour nous mêmes si nos actions suivent notre propre éthique. Si tout le monde tombait dans le piège de la possibilité, le monde stagnerait.

Pour terminer, il faut dire que votre question d'éthique - et il ne me surprendrait point si vous y avez pensé déjà - est aussi une question de perspective. Certes cette arme dont vous émettez l'hypothèse pourrait être utilisée pour détruire une bibliothèque ou une ville. Mais si l'usage de l'arme était le seul moyen de sauver un compagnon perdu dans la forêt et en proie à toute sorte de bête? Serait-il si mauvais qu'elle existe? Le malheur des uns pourrait s'averer le bonheur des autres.

Terminant, pour l'instant, son discours il regardait fixement Balbereith et atttendit sa réponse.


TC : +36 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 1 Fév - 17:05

- Cher ami, cette arme dont je vous ais parler et le plus grand regrée de ma vie, cette arme a existé et elle fut utilisée, et j'ai contribué à sa construction. Je vous concède que des applications peuvent être bénéfiques Car si nous rajoutons un sphère de métal de l'autre coté, nous obtenons une stabilité des deux cotés et donc un moyens de transférer en toute sécurité l'énergie magique sur de très longue distance, sans de réel pertes

- Quant au fait que vous avancez à propos des laboratoires. Il y a encore peu de mages dans ce monde et les découvertes n'ont pas encore commencé à fleurir... Je ne suis pas contre la recherche. Vous avez l'air de vouloir vous investir dans la connaissance... Que diriez-vous de partager nos découvertes ?

Elle avait fait sa proposition à brûle pourpoint... Elle regarda le nécromant avec intensité...


Le Guide : +7 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 1 Fév - 19:00

Frappé par la vitesse de la proposition, il trahit sa surprise avec un clignotement des yeux assez prononcé.

- En principe, je suis partant. Si on ne joue pas, on ne gagne pas, et une collaboration avec quelqu'un de votre intellect pourrait être très fructueuse. Mais avant de m'engager dans cette entreprise, que proposez-vous exactement?

Il laissait apparaître sur son visage la curiosité réservée qu'il se sentit dans son esprit et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 1 Fév - 19:49

Il battit des paupières... Intéressant...

-Vous n'avez peut être pas l'habitude de travailler en équipe, mais je vous propose de rester en contact, de partager nos protocoles, de veiller chacun à ce que l'autre ne commette rien déraisonnable, tout simplement... Voir pourrions-nous débuter ce qui sera plus tard une communauté scientifique de magiciens... Débattre de magie avec d'autre compères, raisonnables, a toujours été pour moi un véritable plaisir... Je pense que notre coopération permettrai de poser quelques bases saines sur les principes de la recherche et s'avérer, je n'en doute absolument pas, être très productive.
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Jeu 2 Fév - 17:43

Vraiment, il n'avait jamais rencontré un mage si...direct que Balbereith. D'un côté, cette franchise lui plaisait. Il avait, précedement, peu de pairs avec lesquels il pouvait discuter théorie; situation qui allait de pair avec sa profession de mage de mort. Mais en revanche, il falllait être prudent et proceder avec caution, car beaucoup de sa sorte n'avaient pas flairé des pièges et étaient précipités physiquement là où ils n'avaient voyagé qu'avec leur art. Pour l'instant cependant, il allait accepter.

- Votre proposition me semble raisonnable et intéressant. Pour commencer, pourquoi ne pas "sceller le pacte" en partageant un tout petit peu de nos connaissances respectives de l'art? Il faut avouer que je n'ai jamais été trop doué dans la domaine de l'évocation. La manipulation des éléments de base est un de mes points faibles. Si vous en parleriez un peu je serais reconnaissant. Et par la suite, vous pouvez, bien sûr, me poser une question de ma specialité.

TC : +7 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Jeu 2 Fév - 19:17

Balbereith sourit au nécromant. Elle hocha la tête.

- De nombreuses théories furent avancée pour expliquer les différents phénomènes magiques, mais une permet d'expliquer la plupart des arts magiques, et seul la magie céleste, un art magique qui permet de perturber les fondements même de la réalité échappe à cette théorie. Les fondements requièrent les principes suivants :

L'être passant est constitué de trois choses, l'esprit, l'âme et le corps. L'esprit étant le siège de la réflexion et des désirs profonds. L'esprit est constitué lui aussi de trois choses, la conscience, la mémoire et l'inconscient. L'âme est l'expression de la volonté et de la force spirituel de l'être et enfin le corps est simplement l’expression physique. L'esprit commande à l'âme et l'âme contrôle le corps.

Le deuxième principe est que l'âme rayonne de l'énergie magique que le corps transforme en mana et le stock en lui, ce rayonnement est perpétuel mais une fois une certaine quantité stockée, le corps ne transforme plus l'énergie en mana et l'énergie se dissipe alors dans l’environnement. Vous aurez certainement remarqué qu'il est plus facile de pratiquer les arts magiques en forêt, un endroit dominé par la vie que dans un désert... En effet la vie est la source du pouvoir magique... et la magie peut être source de vie, comme votre art le montre. Le deuxième principe stipule aussi que le mana utilisé est transformé en énergie et que une fois envoyé dans l'environnement, cette énergie est définitivement perdu pour le praticien, et donc l'énergie de l'environnement ne peut pas être reprise par un organisme. Les potions de mana ne sont qu'une drogue pour stimulé un grand rayonnement de l'âme. La magie céleste contredit ce principe... Mais les autres arts répondent avec rigueur à ce principe. Cela montre que cette théorie est perfectible... Mais comme elle fonctionne très bien, mon peuple l'a respectée et utilisée pendant des siècles jusqu'à la fin.

Le troisième principe se base sur l'environnement, l'univers vise à l'équilibre complet de l'énergie magique. C'est-à-dire que chaque grain de matière doit être à son même degré de charge magique. Le transfert de l'énergie magique n'est pas instantanée, elle se diffuse comme si c'était de la chaleur, c'est analogue à la diffusion thermique.

Voilà les bases pour comprendre la magie en profondeur, au moins pour les connaissances que mon peuple avaient assimilées. L'invocation et la nécromancie sont similaire, mais le degré de difficulté n'est pas le même, l'invocation consiste à créer un corps temporaire et une âme basique pour contrôler ce corps rudimentaire. Le corps est soumis par cette âme créée... qui est soumis à celle de son créateur et ainsi à l'esprit. C'est un art simplet en fait, on inonde un bout de l’environnent d'énergie, la saturation atteinte, on créée le corps en embrasant l'air par exemple, et on concentre le reste de mana pour ainsi doter l'élémentaire d'une âme certes instable mais suffisamment pour ce que l'on a faire avec... J'ai souvent discuté avec des nécromant qui ne cherchaient comme vous que la connaissance. Le principe est le même... Forger une âme, mais beaucoup plus structurée et ensuite lui faire prendre procession d'un corps plus complexe. Je me demande si vous êtes arrivé au mêmes conclusions que les nécromants avec qui j'avais passé des heures à parler, où avez-vous constater des différences lors de vos expériences ? Ou avez-vous une autre théorie ?

Le Guide : +35 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Ven 3 Fév - 11:45

- Tout ce que vous dites sur le les trois composants de base répose aussi à la base de la théorie et la practique de la nécromancie. Cependant, c'est à partir de votre seconde proposition qu'on trouve une rupture entre la practique de votre art et du mien. Vous venez d'avancer l'idée que practique la magie est plus simple dans les zones pleines de vie. C'est sans doute vrai pour certains arts, et j'avoue que je trouve qu'il est plus facile de manipuler l'énergie physique dans ces endroits. Mais, vous avez aussi dit que la nature cherche un équilibre des forces magiques et c'est là que je crois que vous avez manqué une petite chose. Il me semble aussi que les nécromants de votre connaissance étaient soit négligent, soit intentionnellement vagues. Nous trafiquons avec les morts, et le contraire de la mort est quoi? La vie. Donc, pour nous, il est plus facile d'établir cet équilibre dans les lieux où la puissance de la vie est plus faible. Vous avez entendu dire, je ne doute pas, que les nécromanciens rôdent près des cimetières et les champs de bataille et creusent dans les tombes et fosses mortuaires parce que nous voulons voler des morts ou violer leur répos dans de nombreuses façons. Et bien que je ne dirai pas que les scruples de tous mes confrères sont sans taches, la raison qu'on y trouve est double. D'abord, et évidemment, c'est parce qu'on y trouve le plus de notre matière primaire, les morts. Mais c'est aussi parce qu'il existe dans ces endroits un absence de vie: un vide spirituel (aussi partiel qu'il soit), si vous voulez. Suivant toujours le principe de l'équilibre dont vous avez parlez, vous pouvez alors vous rendre compte qu'il y est plus facile d'attirer et manipuler les âmes. Personnellement, je préfére une bibliothèque ou un laboratoire à un mausolée, mais mon pouvoir sur les morts y est plus grand et certains rituels ne sont pas possibles (théoriquement, au moins) que si on est aidé par un fort vide.

Vous avez aussi mentionné la difficulté relative de votre spécialité et de la mienne. Et bien que je sois d'accord sur le fait que la création d'un corps peut s'averer très compliquée, je ne dirais pas que la création d'un nouveau être temporaire est, a priori, plus difficle que la manipulation de l'énergie spirituelle. Vous façonnez un treillis de matière: feu, eau, etc. et vous imbuez ce treillis avec une âme simple que vous fabriquez, le plus souvent, pour un seul but. Pour nous, les mages de la mort, c'est moins une question de manipuler de la matière pour créer une forme physique que nous insufflons avec le simulacre de vie que de faire usage d'une âme indépendante et de la convaincre de nous aider, ou, le cas échouant, de la dompter et la dresser à nos besoins. Il me semble, jaugant de ce que vous avez dit tout à l'heure, que vous n'avez jamais essayé de manipuler les énergies associées avec la mort. C'est vrai que si j'anime un squelette une bonne partie de la tâche est déjà fait puisque je dispose d'un corps existant, mais forcer ou convaincre une âme indépendante n'est pas une chose si facile.

J'espère, avoir éclairci quelques points et élargit, un peu, le champ de vos connaissances.

Radnar inclina légèrement la tête et attendit la réaction de la mage.


TC : +35 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Ven 3 Fév - 19:16

- D'après votre discours, votre manipulation de la nécromancie est fondamentalement différente des nécromants avec lesquels, j'ai discouru. Il se faisait qu'animer un corps comme un mage le fait pour un élémentaire, alors que vous avez poussé votre art jusqu'à rappeler l'âme des morts dans un corps. Cela me fait penser à des faits décrits dans Nécromancie et Inquisition Impériale, un livre fort intéressant sur la place historique des nécromants et les bases de leurs arts, enfin ceux que je vous ai décrit, une simple animation du cadavre. Cet ouvrage est rare à mon époque et doit avoir disparu aujourd'hui... L'auteur était Théodose Sulna, un inquisiteur de la Garde Noire Impériale, un pays qui n’existe plus non plus. Il avait écrit cet ouvrage à partir de nombreux témoignages et... aveux de nécromanciens qui avaient utilisé leurs pouvoirs dans le but de terroriser des populations locales... La Garde les traquait et si elle échouait, Ils transmettaient leur enquête à des représentants de mon peuple et nous leur chassions, par magie... Je vous avoue avoir mis moi-même à mort plusieurs nécromanciens, et je ne le regrette pas, quoiqu'il en soit vous n'êtes pas comme ceux-là, vous avez un bon fond, et c'est un vrai plaisir de discuter avec vous. Si je remet la main sur un des exemplaires de cet ouvrage, voire un fragment, je vous le ferais parvenir. Donc pour en revenir à votre art, vous ramener donc l'âme et l'esprit des morts dans des corps mais ce qui m'intrigue, c'est que les âmes et les esprits quittent notre réalité après la disparition du corps physique, et jusque là aucune expérience ne l'a contredit, même l'observation d'une exécution d'un condamné n'a révélé aucune présence une fois mort, pourtant la salle était isoler magiquement du monde lui-même par l’apposition de nombreux glyphes d'annulation de l'Espace-temps et malgré l'observation à travers un dispositif d'observation de la deuxième réalité, nous n'avons rien trouvé... Nous voyons son âme et son esprit et lorsque qu'il fut guillotiné, les deux ont simplement disparue dans une petit sphère qui semblait les aspirer puis cette sphère a disparu en implosant. Ce dispositif était constitué de lentilles minces en diamant et d'un tube d'or marqué des plusieurs glyphes de maîtrise de la magie. A moins que ces deux entités ne passent dans un autre plan de la réalité, je ne vois que l'hypothèse du monde des morts, dont l’existence fut à mainte reprise révélée, aussi bien par les anciens dieux de mon monde que par des morts revenues parmi les vivants par une altération temporelle, cette altération temporelle n'est en rien de la nécromancie et relève de la magie céleste, c'est donc pour cela que je me pose cette question. Allez-vous chercher les âmes nécessaire à votre art directement au monde des morts ? Car je ne vois pas d'autre possibilité...

Balbereith restait perplexe, elle ne remettait pas en cause la sincérité du nécromant, mais même les dieux qu'elle avait servie, pouvant discuté ouvertement avec eux, se seraient-ils trompés ?

Le Guide : +27 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Dim 5 Fév - 11:40

Il était vivement intéressé par ce livre dont elle avait parlé. Le nom de Sulna lui disait quelque chose, mais il faudrait chercher plus tard dans sa mémoire et ses cahiers.

- Je serais en votre dette si vous faisiez parvenir même le moindre fragment de ce texte jusqu'à moi. Et si par hasard je tombe sur quelque parchemin ou grimoire qui pourrait vous intéresser, je vous rendrai la pareille.

A présent il croyait mieux comprendre pourquoi les nécromanciens avec lesquels elle avait parlé avaient préféré lui dire qu'ils utilisaient des "âmes" façonnées à partir de l'énergie que de mentionner l'autre source des âmes. Elle avait fait parti de l'inquistion de son temps. Autrefois elle avait été dogmatique, préférant détruire tout un art et ses adhérants que d'être importunée dans sa foi. Cependant, il semblait qu'entretemps quelque chose en elle avait changé, adouci, peut-être. De toute façon, elle était déplacée de son passé et tout probablement de ses anciens confrères dans l'inquisition. Radnar était, pour la plupart honnête et franc-jouer et en ce temps, dans ce lieu, avec cette femme il ne voyait pas trop de mal à parler plus ou moins ouvertement. Il se trompait peut-être, mais comme il répétait à chaque fois qu'il prenait un risque, "Si on ne risque rien, on ne gagne rien."

- Et voilà au moins une clé au mystère. Si vous jouiez un rôle actif dans une de nombreuses inquisitions qui avaient apparues il ne me surprendre pas que les nécromanciens avec lesquels vous avez "discuté" insistaient sur le fait qu'il n'utilisaient que des âmes fabriquées avec de l'énergie ambiante. Ils essayaient vainement de sauver leurs peaux ou ne voulaient pas que l'inquistion soit au courant de la vraie source de la plupart de nos serviteurs mort-vivants. Bien sûr, nous pouvons faire comme vous et fabriquer les âmes comme vous le faites, mais en comparison avec ce qu'on obtient autrement ce n'est qu'une imitation pâle.

Vos expériences avec les lentilles de diamant vous ont mis sur la bonne voie. Les nécromanciens d'autrefois sont tombés sur ce même effet, d'une façon moins élégante, mais ont, par la suite développé des dispositifs plus complexes afin d'observer ce phénomène. Moins peureux que les membres des autres ordres de mages, et certainement plus courageux que les membres des inquisitions, ils ont développé et mis au point non seulement une, mais plusieurs manières d'interagir avec la sphère (que nous appelons couramment "la gueule de l'abîme") et avec la dimension que vous appelez le monde des morts. Techniques de protection, d'interdiction, et comme certains prétendent de voyage. Les plus simples sont celles qui previennent que l'âme soit aspirée par la gueule de l'abîme (pour un certain temps, au moins) et celles qui établissent un pont entre les deux dimensions et convoquent les âmes.

Pour l'instant c'est tous que j'ai à vous sur ce sujet. J'espère avoir satisfait votre curiosité d'un part tout en la réveillant d'un autre.



TC : +33 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Dim 5 Fév - 19:58

Balbereith rit doucement, il pensait qu'elle était de l'inquisition, loin de là... Elle ne traquait pas ceux qui s'opposaient à l'Empire ou qui menaçaient ses habitants. Son peuple traquait ceux qui portaient le mal en leur coeur, les serviteurs des démons et ceux prêt à tout pour avoir le pouvoir, elle regarda le nécromant :

- Ne vous inquiétez pas, nécromant, je n'ais jamais fait partie de ces incapables d'une inquisition ou d'une autre. C'était d’ailleurs les premiers à vouloir la disparition de mon peuple, qu'ils jugeaient trop puissant et trop indépendant du pouvoir impérial, ils n'ont jamais essayé de nous terrasser, par peur de Celle qui était la Déesse parmi les Hommes, et Humaine parmi les Dieux, et qui était la Maîtresse incontestée de mon peuple.

Votre art est intéressant, et ...

Elle hésita, et plongea dans un mutisme rêveur... Pourrait-il accomplir son désirs le plus personnel ? Pourrait-il ramener la Déesse parmi les vivant ?

Le Guide : +13 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Lun 6 Fév - 16:59

C'est étrange, elle parle souvent de son peuple comme s'il n'existait plus nul part dans le monde et comme si c'était légendaire et puissant. Il ne connaissait qu'une seule race ayant les traits d'une puissance légendaire et une disparition quasi-totale. Mais il n'était guère possible qu'il était tombé sur un rejeton de cette race. Et pourtant l'étincelle de l'idée était là et avait 'enflammé' ses soupçons pour employer un mot peut-être très bien adapté à la situation...

- Balbereith, pardonnez-moi l'intrusion. Mais dois-je vous laisser à vos songes?

Il voulait bien avoir la gentillesse d'attendre sa réponse, mais sa curiosité était plus fort que ça et il poursivit:

- Sinon, serait-il trop impoli de vous demander pourquoi vos yeux deviennent si lointain et vous avez l'air si songeur lorsque vous évoquez ce peuple mysterieux?


TC : +7 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Lun 6 Fév - 19:21

Balbereith cligna des yeux lorsque le nécromant lui posa ces questions. Elle décida d'être franche... Elle était ce qu'elle était, un Dragon de l'Ancien Ordre, un dragon né de la volonté des Dieux et non né d'une espèce issue de l'évolution. Ces pouvoirs étaient antiques, la magie pure avait alimenté son souffle, sa volonté. Elle avait été un dragon, gardien de l'ordre du monde et du temps. Elle reposa son regard sur le nécromant :

- Je ne suis ni humain ni mortel, je suis issue d'une espèce depuis longtemps éteinte... Disparue avec les Dieux qu'il servait. La dernière à nous donnait une raison de vivre, était Sa Grâce, celle dont je possède aujourd'hui, elle me l'a offert à sa chute... Souhaitez-vous en savoir plus, nécromant ? Car c'est dans les affaires du temps et des dieux, que cela peut nous emmener...
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 7 Fév - 16:00

Vivement intéressé par cette conversation et d'autant plus qu'il parlait avec Euh si elle ne mentait pas (et d' après ce qu'il a vu à la caserne, il n'en doutait pas trop) Euh un dragon des temps anciens. Même sa maîtresse n'avait jamais pu convoquer une âme de cette race de nobles bêtes. Si elle était ce qu'elle prétendait il fallait à tout prix lui faire raconter toute l'histoire de sa race et de sa propre personne. Il n'aurait peut-être pas une autre chance comme celle-ci.

- Si vous voulez bien continuer, je suis tout ouïe. Est-ce qu'il vous dérangerait si je prenais des notes?

Le Guide : +5 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mar 7 Fév - 20:18

- Prenez des notes, si vous le souhaitez, C'est une histoire qui n'existe plus, car le temps et l'espace ont été reformé du néant. Un ordre ancien à disparu, pour laisser place à un autre qui lui même à disparu pour laisser place à celui-ci... Tel est le cheminement du temps, cela part d'une origine pour arriver à l'origine suivante, l'espace s'étend jusqu'à se dissoudre dans le néant pour créer un nouvel espace... L'ordre dans lequel nous vivons disparaîtra en temps et en heures, et un autre ordre après lui. A chaque ordre, ses Dieux, et ses conflits... Le mien était l'ordre de la guerre divine... Tout partit de l'Unique, qui créa une multitude de monde, tous reliés entre eux. Son unité face à la multitude le divisa, et il devint Astral et Abysse, deux Dieux, qui étaient contraire, ils s'ennuyèrent à deux... Et décidèrent de se divertir, à chaque monde, ils créèrent un Dieu, un d'Abysse et un d'Astral, sauf dans quatre mondes, sur ces quatre mondes, deux servaient de demeure aux créateurs... Les deux autres étaient leurs antichambres... Les autres monde devinrent des champ de batailles... L'énergie et la magie se déchaînaient, car leurs divertissements était la guerre. Cette énergie ambiante fut la cause de la vie... et de l'Homme, créature d'Abysse et d'Astral. Astral vit en l'homme, un objet de distraction supplémentaire, il peupla son monde-antichambre d'hommes et créa mon peuple pour servir de gardiens. Abysse, lui, s'amusa avec les hommes en modifiant leur nature, ils devinrent les démons, les ennemis de mon peuple, qu'il installa dans monde-antichambre. Les Dieux créateurs dans leurs folies relièrent les deux mondes-antichambres pour voir comment leurs nouveaux jouets allaient se débrouiller... Abysse créa un Dieu pour diriger ses nouvelles créatures, mais le dota d'un sceau qui faisait de lui un Dieu... Seul un homme pouvait devenir Dieu des Démons... Abysse amusé créa son pendant en légèrement plus puissant, le Dieu draconique, un humain, que le chef du peuple des dragons jugerait digne de devenir, le protecteur d'Astral. Pendant longtemps les sceaux ne furent employés, car cela aurait déclenché la plus grande hécatombe chez les dieux des autres mondes... Les protecteurs pouvaient défier les autres dieux des autres mondes à leurs envies, quelques soit leur alignement. Le protecteur d'Abysse pouvait défier un Dieu d'Abysse et le protecteur d'Astral, un Dieu d'Astral. Ces protecteurs étaient les plus puissants de tous, et donc les plus divertissants pour les Dieux-créateurs, l'Ordre de la guerre ne vit que deux générations de protecteurs, et celle que je servais fut la dernière... Elle chuta bien après Astral lui-même... Elle ne put protéger la cohésion du monde antichambre, qui fut le dernier à disparaître...

Balbereith regardait le nécromant...

- N'hésitez pas à m'interrompre si le besoin s'en fait sentir... Je parle sans m’arrêter et cela pourrait gêner votre compréhension des tenants et des aboutissants si je passe certains détails qui pourraient me sembler triviaux...


TC : +23 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 8 Fév - 16:02

A chaque peuple son histoire de création, sa propre tentative de se justifier, de voir un but, un sens dans son existence. Apparement ce n'étaient pas seulement les humains et autres races de courte vie qui tombait dans ce piège, mais les dragons dont la durée de vie pouvait se compter en millénaires. Il trouvait bien intéressant qu'une espèce si réputée pour son intelligence et son pouvoir pouvait aussi être aussi mystique et ésotérique que la plupart de la sienne. Mais bon, une histoire intéressante en tout cas...

- Je trouve votre cosmologie passionante et vous pouvez continuer ainsi autant que vous voudriez. Mais, juste pour vous arrêter sur deux points. D'abord pourquoi était-il que seul un homme pouvait régner sur les démons et les dragons en tant que dieu ou démi-dieu?Deuxièmement, les sceaux que vous mentionnez, étaient-ils simplement des symboles ou des vrais artéfacts? Et si artéfacts, comment fonctionnaient-ils?

Le Guide : +18 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Mer 8 Fév - 18:52

Balberieth s'amusa du ton du nécromant, il semblait croire que c'était une légende, il n'en était rien...

- Comme je vous l'ai dit, les humains étaient des sujets de divertissements pour les Dieux-créateurs, étant des créatures instables et dévastatrices, ils pouvaient espérer, un superbe spectacle. Les sceaux étaient réels, à mi-chemin entre l’artéfact et la magie, artéfacts quand aucun humain les possédait et puis magie après avoir fusionné avec un humain. A votre ton, nécromant, vous semblait ne pas me croire, ou croire à une simple mythologie... J'ai combattu dans cette arène, j'étais le compagnon de Sa Grâce, j'ai vu les Dieux-créateurs... Enfin bon, cela est si ancien est à peine croyable, qu'il vaut mieux que cela passe pour une légende... Nécromant, l'Histoire de mon peuple n'est pas extraordinaire à part à sa création... Mon peuple n'a connu que deux chefs et donc deux Dieux, mon père fut le premier des Dragons Sacrés et il servit le Dieu humain, Dracius. Je suis le second Dragon Sacré et j'ai servi Sa Grâce, ma fille aurait dû me succéder si Sa Grâce avait succombé, car je serais morte avec Elle, mais ma fille...

Balbereith baissa la tête, sa fille... Opaline... La douce mais implacable Opaline... Une dragonne qui ressemblait tant à sa défunte mère... Des deux êtres qu'il avait le plus aimé, il n'avait pu en protéger aucun. Sa fille était tombée face aux Archidémons au complet, et Sa Maîtresse était tombé face à l'ordre des choses... Une larme perla au coin de l'oeil...

- Excusez-moi... Il vaut mieux que vous posiez des questions plutôt que je vous raconte... Certains épisodes de notre Histoire sont légèrement sombres...


TC : +17 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Dim 12 Fév - 12:54

- Etes vous sûre de vouloir continuer? Vous n'essayez même pas de cacher votre chagrin devant moi, un inconnu. Si vous voulez laisser tomber le sujet dites-moi. Sinon, j'ai juste deux dernières questions pour l'instant. Votre guerre, comment est-ce qu'elle a été déclenchée? Une attaque ou un assassinat par les démons, j'imaginerais. Et deuxièmement, quel était le résultat de la guerre? Il me semble que votre camp a malheureusement perdu, mais ce n'est pas certain.

La femme/dragon commençait à sombrer encore plus dans ses mémoires et sa peine. Radnar ne pouvait pas la consoler ne la connaissant pas vraiment, et d'ailleurs ne l'aurait pas fait même s'ils étaient des amis, car le nécromancien détestait la nostalgie et les régrets. Ils étaient encombrant et inutiles et le signe d'une âme agitée et (peut-être) faible. Mieux valait écouter ses dernières explications et puis se retirer pour le moment. Il était sûr qu'ils auraient l'opportunité de reprendre la discussion plus tard.


TC : +9 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Dim 12 Fév - 23:01

- Cette guerre ? Elle a toujours existé. Les dieux se sont battus en tout temps, d'un monde à l'autre, seul les mondes-antichambres parvenaient à trouver une relative paix lorsque aucun des sceaux n'étaient utilisé... Ils n'y a eu que deux batailles entre les mondes-antichambres, la première fut des plus violentes et la nécessité de recréer les deux mondes fut nécessaire, mais ce fut une victoire pour le peuple draconique face aux démons... Nous étions très peu de survivants, mais la période entre les deux batailles permit à mon peuple de se rétablir, mon père, Dragon Sacré avant moi, se sacrifia en même que Sa Seigneurie Dracius, afin à sa place plus précisément car celui-ci survécus. Mon père préféra se sacrifier pour mettre fin le plus rapidement à la bataille, car j'étais à naître, afin au dire de ma mère... Le système de pouvoir chez les dragons est comparable au système monarchique humain, sauf que c'est le plus puissant né qui dirige et non le premier né, je fut le seul fils et ainsi le plus puissant, nombres de vieux dragons, qui me servaient de conseiller et de professeur me dirent même plus puissant que mon père. Les rois draconiques reçoivent un titre après la mort, pour rendre compte de son règne, mon père reçu le titre du Roi Absolu, c'est-à-dire symbole de puissance et de justice, à ma première disparition, je reçu le titre d'Empereur Céleste, et je ne sait quel est mon deuxième titre... Je régna sur mon peuple, si on peut dire régner, car c'est plus servir de point de ralliement pour mon peuple, jusqu'à l'arrivé d'une jeune femme qui affrontaient des nécromants dans les ruines qui cachaient le refuge de mon peuple, avec une petite escouade de soldat... Elle était affreusement blessé lorsque je m'interposa entre elle et la vague de mort-vivant, elle était puissante, pour avoir tenu autant de temps, mais elle ne pouvait tenir indéfiniment. Pour les humains, elle était une jeune femme parfaite, jolie, maligne, intelligente, dégourdie et tenace. C'est lorsque je la défendit que la deuxième bataille débuta pour moi, après plusieurs jours en mon royaume, je lui fit don du sceau sans lui en dire plus que nécessaire, et nous mêlèrent notre sang, partageant ainsi nos esprits et nos âmes... Elle voulait défendre sa patrie contre leur voisin, un simple conflit entre humains. Lorsque mon peuple fit son apparition sur le champ de bataille, le sceau démoniaque fut brisé et le Roi-Démon institué, il ne restait plus qu'à cette jeune femme, de briser le sceau draconique... Les deux adversaires se connaissaient, ils étaient dans les deux camps opposées , mais ils se respectaient mutuellement, c'est pour cela que cette bataille dura plusieurs siècles. Jusqu'à la grande invasion des démons, la bataille fut terrible mais ils furent repoussés, mon peuple sortit affaiblie, la nation dévastée, mais les démons furent vaincus... L deuxième bataille fut elle aussi une victoire... Ce n'est pas les démons, c'est l'ordre même des choses, les dieux-créateurs disparurent, les dieux les suivirent, et Sa Grâce aussi, tel le dernier point de la réalité, voyant le monde qu'elle avait défendu se dissiper petit à petit, elle décida de m'offrir son corps à moi qui ne vivait que seulement par son existence... J'avais perdu mon corps lors des premiers assauts du temps... Je dissipa mon corps pour ralentir la dissipation du monde...

Elle avait laisser l'ombre planée sur une grande partie de l'Histoire, passant du début de son premier règne à la fin de son deuxième règne occultant la fin du premier et le début du deuxième... Il ne raconta pas la mort de sa mère lors de la Grande Invasion, ni celle de sa fille face aux archidémons.


TC : +34 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Radnar
Écuyer
Écuyer
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Lun 13 Fév - 14:58

- J'ignorais que les dragons étaient si puissants. L'idée de stabiliser un monde ou, au moins ralentir sa disparition par le sacrifice d'un seul corps. J'ai du mal à imaginer toute l'energie consommée et tous les calculs obligés pour garder l'équilibre. Vous êtes quelqu'un de très impressionant si vous avez su faire ça Balbereith. J'ai tout un essaim de questions virevoltant dans mon esprit... Mais non, il faut digérer ce que vous m'avez déjà raconté avant de me lancer dans un sujet parallèle. J'aimerais discuter d'avantage avec vous. Est-ce que vous et vos amis comptez rester ici pendant un certain temps? Je vais découvrir la ville un peu plus pour me "dégourdir" le cerveau. Alors si vous avez le temps plus tard et vous voulez bien, nous pouvons nous retrouver encore une fois et reprendre notre discussion.

Pensif, le nécromant attendit la réponse de la femme/dragon.

Le Guide : +8 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Lun 13 Fév - 20:33

Balbereith hocha la tête...

- Avec plaisir, messire. J'attend mes compagnons, nous allons partir en quête dans la forêt... Si vous vous posez des questions supplémentaires sur mon peuple, ne prenez pas l'idée d'aller étudier les dragons dans les contrées d'outre-mer... Me revendiquer de leur espèce reviendrait à me revendiquer humain... Mon peuple et les dragons de ce monde sont totalement différents, je pense, car à part moi, il n'y a eu aucun survivant...
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Jeu 16 Fév - 17:37

Nerenwë était encore secouée. Qui ne l'aurait été après pareille rencontre avec les Dieux ? Cependant, l'étreinte de Xerrar avait réussi à réchauffer son âme autant que son corps, et sa main encore étroitement enlacée autour de la sienne lui rendait l'assurance perdue sous l'effet de la peur et de l'incertitude. Maintenant, elle savait. Ce qu'elle avait perdu, elle pouvait le retrouver. Et ce qu'elle n'avait pas encore perdu... La semi-elfe ne le laisserait pas disparaître. Par un réflexe spontané stimulé par ses pensées, la blanche demoiselle serra doucement ses doigts contre la peau du chasseur, le suivant à travers les rues de Belghärd dans un silence uniquement secoué de quelques sentiments et, par moment, de regards en coin ayant retrouvés leur curiosité habituelle. L'eau gouttait encore, à peine, de son menton, et quelques mèches de ses cheveux clairs avaient été mouillées lorsque son compagnon s'était chargé d'essuyer sang et larmes, et si il restait sur les traits de la belle un reste de cette rage qu'elle avait senti grandir au creux de son ventre une fois le premier coup porté, elle n'en était pas moins redevenue elle-même. Grandie du don de l'Esprit. Marquée par une fatigue qu'elle masquait derrière un sourire maladroit et des joues rosies à chaque fois qu'elle osait un œil vers sa main jointe à celle d'un autre.

Durant l'espace d'un instant, elle y vit la peau d'un autre. Plus fine, plus douce, mais dont la poigne possessive avait été autrement plus douloureuse. Nerenwë se souvenait encore de ses tremblements lors de sa première rencontre avec le fils d'une famille noble de Celeb'Car, des bleus qui s'étaient étendus comme de grandes fleurs sur sa peau trop pâle quand il avait tenté de s'emparer de son amour comme de sa foi. La seule et unique fois où un homme avait put la toucher. Osé la toucher. Elle avait également dans la tête de longues années d'errance loin de ses terres d'adoptions afin de fuir les espoirs de son père adoptif, le regard méfiant de tous les êtres face à une bâtarde dépourvue de terres, le temps passé à vivre de quelques soins en ermite avant que la guerre ne commence et ne l'appelle au devant des lignes ennemies. Là-bas aussi, elle avait tenu une arme et éteint plus d'une âme, peut-être plus même qu'elle n'en avait sauvé, pour le bien de ceux dont elle avait la charge.

Plongée dans ses pensées et ses souvenirs, il fallu du temps à la colombe pour prendre conscience qu'ils avaient franchis la porte de la taverne, et plus encore pour remarquer que son semblable l'emmenait en douceur, quoiqu'avec une claire assurance, vers une table déjà occupée. Pendant quelques secondes, aussi brèves que peut l'être l'écoulement du temps, elle hésita. Puis sans brusquerie fit glisser ses doigts hors de l'étreinte rassurante de ceux de Xerrar, lui accordant un regard aussi chaleureux que son sourire était timide. Cette proximité, agréable à tous les égards, ne pouvait cependant souffrir d'autres regards portés à son encontre. D'une certaine façon, la clerc s'en sentait gênée. Par manque d'habitude, par pudeur, à cause peut-être de l'émoi que cette preuve d'affection réveillait en elle. Plus simplement parce qu'il n'était peut-être pas dans l'intérêt de son compagnon que quiconque puisse voir ce geste de protection, de peur qu'on ne s'en fasse des idées éronnées dont il ne voudrait s'encombrer.

De fait, arrivée au niveau de la tablée, Nerenwë se contenta d'une gracieuse révérence, prenant le parti de rester muette afin de ne pas contrarier les plans et explications que le semi-elfe pourrait avoir à exposer. Après tout, il se pouvait aisément que sa présence puisse déranger, et de loin, la tablée déjà présente... Ce qui ne l'empêcha pas de lancer de petits regards d'une curiosité innocente à la dame présente, admirant le doré de sa chevelure comme la lueur d'intelligence flagrante qui brillait dans son regard. Comme une enfant face à une nouveauté merveilleuse, des étoiles dans les yeux, avec la peur latente de s'en approcher, de peur d'y brûler ses ailes.


TC : + 47 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Ven 17 Fév - 21:20

Xerrar avait vu toutes les émotions s'entre-déchirer dans les yeux de la belle quelques minutes auparavant. La peur, la colère, le courage et la volonté... ce cocktail explosif avait permit à la clerc de s'oublier, l'espace d'une danse furieuse, évitant avec adresse les coups de griffes comme les filets de bave enragés de ses opposants. La métamorphose qu'avait subit la belle elfe avait bouleversé Xerrar. Jamais il n'avait vu quelqu'un inspiré d'une telle volonté de tuer. Elle s’était lancée dans la mêlée tel un chien enragé à qui on n'aurais donné que seul ordre celui de tuer et pour seul échec la mort. Elle avait percé les corps ennemis çà et là sans savoir où elle frappait, mais en frappant toujours juste.
Lui qui n'avait jamais tué que de sang froid, en ayant pleinement conscience des conséquences de son coup. Ici pour tuer, là pour endormir, ici pour mettre hors d'état de nuire... Chaque parcelle du corps, chaque faiblesse de l'esprit, chaque fissure dans la muraille du plus impressionnant des châteaux, Xerrar avait appris à faire mal là où la douleur serait la plus forte. On lui avait enseigner l'art d'obtenir ce qu'il voulait des autres, tant que sa frappe, sa parole, son acte était porté avec justesse et précision.
Mais Nerenwë avait frappé à l'aveugle là où son instinct lui disait de frapper. Là où ses mains acceptaient de planter la lame mal aiguisée...

L'eau qu'il avait utilisé pour se rafraîchir les idée, et accessoirement laver sa plaie intacte, avait laissé sa place à de la sueur. Des sueurs froides. Tant d'émotions contradictoires, en si peu de temps, s'étaient succédées, et ne lui avaient laissé le répit dont il avait besoins. Ce recueillement qu'il ne devait jamais oublier, ces prières qu'il devait prononcer, afin de garder sa tête froide, ses idées claires, ses mains d'une mortelle précision et sa langue acérée. Afin de garder sa lucidité froide d'efficacité.
Un mélange de peurs, et de réconforts avait plongé de chasseur dans un état second, dans un état qu'il ne contrôlait qu'à moitié. Et, de su-croit, se rendant compte de cette faiblesse, son agacement n'était que plus honteux. Il abandonnait alors innocemment son regard à la clerc, et ce qu'il voyait au plus profond du bleu boréal de ses yeux le réconfortait. Il y voyait les étendues gelées de l'Aloc'Auwdwïnn, "la terre blanche des ancêtre", il y voyait les pics du Gad'el'Annoör, "les montagnes des morts", toutes ces terres que l'on voit inhospitalière de prime abord et qui se révèlent d'une beauté surnaturelle quand l'on apprend à y regarder au plus profond. Toutes ces terres magnifiques où il avait du verser le sang d'autrui. Toutes ces contrées où il campait le soir, heureux et amoureux de cette nature qui le laissait vivre, et où il assassinait aussi froidement que tout ce qui l'entourait les cibles qu'on lui avait donné. Ces étendues sauvages... Il n'aurait jamais voulu y faire couler le sang, jamais les quitter. Et il découvrait dans ces yeux qui s'offraient à lui de nouvelles contrées, toujours plus belles et sauvages. Il espérait ne jamais faire couler le sang dans ces contrées là, ne jamais les quitter.
Il buta sur le sol caillouteux des ruelles de Belghärd, et il sortit de ses rêveries. Il aperçu l'égide qui annonçait la taverne, et remarqua que Nerenwë était tout aussi silencieuse que lui. Ne lançant que quelques regard à son encontre, pleins de tendresse, qu'il tentait vainement de lui rendre.
Il pénétra dans la taverne totalement déboussolé. Depuis qu'il avait quitté les bras de la clerc, son esprit n'était plus capable de suivre le rythme de son instinct, et ce n'est rien d'autre qu'une bête perdue qui entra dans la modeste taverne. Le regard perdu dans le vide, la bouche fermée et verrouillée. Et pourtant, ces pieds l'avaient conduit ici avec une telle assurance, une telle aisance...
Il sentit alors les doigts de l'elfe glisser de sa main, et n'y opposa aucune résistance. Ils s'approchèrent ensemble de la tablée à laquelle il s'était toujours assis. Balbereith et Radnar y étaient en pleine discussion. Il lança un dernier regard à Nernwë et parvint enfin à reprendre en main son esprit jusque la indisponible. Et c'est transformé qu'il s'adressa à la tablée.


-Balbereith, Radnar, pardonnez moi de vous déranger durant votre conversation. Nul doute qu'elle ne fut intéressante et capitale, mais je me dois de l’interrompre momentanément. Nous avions déjà rencontré la jeune Nerenwë à la bibliothèque Balbereith, je viens l’asseoir à notre table afin qu'elle nous rejoigne dans nos pérégrinations, elle sera d'une aide précieuse vous pouvez me croire.

Lorsque cette ultime phrase sortit de sa bouche, les yeux du chasseur communiquèrent au dragon une affirmation indiscutable. Nerenwë les rejoindrait à la tablée du Sang Naturel. Il ne pouvait en être autrement.
Le chasseur se tourna ensuite vers Radnar.


-Veuillez me pardonner, sir Radnar, je vous offre un rafraîchissement et je ne suis même pas des vôtre pour le partager...

C'en était trop. Aucun mot ne pourrait sortir de sa bouche. Xerrar avait réussi à canaliser toutes les émotions tourbillonnant dans sa tête, sifflant dans un désordre absolu et chaotique, tel que l'on décrivait les tornades des terres orques d'Orkron. Il devait s'asseoir. Maintenant. Sous peine de se retrouver au sol, achevé par sa fatigue physique et psychologique. Il invita Nerenwë d'un hochement de tête des plus neutre possible, revoyant dans ces yeux, les évènements qui venaient de se produire et qui allaient changer brutalement les liens entre les deux semblables ainsi que leurs relations aux dieux touts puissants...

Il informa le tavernier qu'il souhaitait deux rafraîchissement d'un signe mal assuré et d'une rare faiblesse. Puis il plongea son regard dans celui du dragon, puis du nécromant. Ce qu'il voyait à l’intérieur était certes puissant. La vie de tout être est décrit dans ses yeux. Mais il ne vit que feu, sang et destruction dans le regard du dragon, il y voyant maintes curiosité et un savoir illimité mais dangereux dans le regard du nécromancien. Mais les apparences sont bien souvient trompeuses et Xerrar savait qu'à cette table, la personne la plus dangereuse n'était ni le prédateur qu'il était, ni l'élémentaliste surpuissant, ni le nécromant à la connaissance incommensurable. La personne qui lui inspirait un tant soit peu d'effroi à cette table était l'elfe frêle au teint de neige et aux yeux aussi profonds que les océans. Et ce nouveau sentiment le fit sourire. Qu'une personne d’apparence si fragile, puisse se révéler si mortelle et implacable... Pour le professionnel de la traque et de l’exécution qu'il était, cela relevait d'un cadeau divin, d'un don inné que le chasseur allait lui apprendre à maîtriser...



TC : +67 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Balbereith
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   Ven 17 Fév - 22:00

Balbereith leva les yeux vers Xerrar, Il semblait troubler. Le dragon lui sourit, peut être cela lui conférera un peu d'assurance. Puis son regard se porta sur la jeune femme qui l'accompagnait... Elle était belle mais semblait aussi marquée par le trouble. Le dragon fronça un peu les sourcils, que c'était-il passé entre la bibliothèque et la taverne ? Mais cela n'était pas ses affaires, si ces compagnons ne voulaient pas le partager alors elle n'avait pas à demander... Elle se leva et salua la jeune femme, une elfe.

- Je suis Balbereith, magicienne et érudite. Enchantée de vous rencontrer, Mademoiselle. Si Xerrar vous accorde votre amitié et sa confiance alors la mienne vous est acquise.

Si le dragon était prêt à combattre à mort pour quelqu'un et que cette personne était prête à le faire pour une tierce personne alors le dragon défendrait chèrement l'ami de son ami. C'était un instinct dangereux, mais il en était ainsi. Le dragon se réinstalla sur son siège est regarda le chasseur. Attendant des réponses, elle formula une série de question en rafale. Le sceau du dragon que portait Korndor était à l'Est, mais sa totale immobilité depuis quelques heures...

- Où est Korndor et qu'est-il parti faire à l'Est ? Je suppose que vous avez conclu un accord avec le bibliothécaire et que j'ai été inscrit comme les autres, quels sont les termes de ce maudit accord ? Et quels informations avez-vous récupérer ? Messire chasseur ?


TC : +18 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Table II - Près du feu de cheminée [Sang Naturel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une Lecture près de la Cheminée... [Pv]
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» les debut de ma table de jeu .
» Projet table de jeu
» Les bonnes manières de table

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angardia :: - Belghärd [B9] - :: Taverne : "Le Sanglier Bouilli"-

© 2012 - Angardia - Reproduction interdite sans autorisation expresse.
Codage par T. | Berka | Forumactif - D'après une idée originale du Tremblecrâne (T.) et du Guide.
Certaines ressources par SD-Arius | Enterbrain | T. | Blizzard | Wizards of the Coast