D'ancestraux pouvoirs dorment dans un monde merveilleux. Explorez-le, évoluez avec lui... Maîtrisez l'Angardia.
 
AccueilProfilMessages PrivésL'UniversLe BestiaireLes ObjetsLes GroupesLes MembresDes Questions ?

AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hall d'entrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessageCaractéristiques
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Hall d'entrée   Ven 20 Jan - 17:42

Rappel du premier message :

Autrefois animée par les érudits de toute contrée, la bibliothèque n'était plus qu'une morne pièce circulaire sans grand intérêt. Un curieux mélange de parchemins moisis et d'encens flotte jusqu'à vos narines vous rappelant ainsi pourquoi vous détestez tant ce genre de lieux. Les tables et les étagères sont à peine visibles, ensevelies sous un amas de vieux livres et de poussière. Un peu partout dans la pièce vous remarquez que de vieux chandeliers recouverts de cire qui semble aussi accueillants que l'étrange barde au comptoir. D'un air intéressé, il vous guette depuis votre entrée en ce lieu ; son aspect vous fait penser à un de ces souillons que l'on trouve dans les coupe-gorges: un visage marqué par les rides, les cicatrices et diverses tâches d'origines inconnues. Ses vêtements ne semble guère plus propres, troués de part en part, ils semblent avoir subit les dégâts du temps et du feu. Seule sa chevelure argentée et le couvre-chef qu'il arbore semblent êtres intacts.
Sur un ton méprisant, cachant sans aucun doute ruse et perfidie, il vous adresse la parole :

- Bienvenue dans mon antre vile canaille. En quoi puis-je t'être utile ?


  • Demander des renseignements sur cet endroit
  • Parler pluie et beau temps
  • Marchander




Dernière édition par Alägrim le Barde le Sam 18 Fév - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessageCaractéristiques
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé



MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 24 Jan - 22:10

- Fort bien mes amis. J'y partirais cette nuit, sous ma forme de corbeau, afin de communier avec elle. Seul. Cette nuit sera une nuit de conseil et de sommeil profond, nous devons rassembler toutes nos forces pour demain. Si ce vieux grigou change d'avis, nous l'écouterons. Sinon nous partirons sans lui.

Cela faisait longtemps que Korndor ne s'était pas retrouvé seul avec lui-même. il avait hâte de retrouver sa chère solitude et de s'entraîner dans son habitat naturel, contre des ennemis qu'il connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré



MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 24 Jan - 22:17

Xerrar laissa le vieux druide seul avec les esprits. Il partit rejoindre Balbereith en direction de l'arène.
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand



MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mer 25 Jan - 17:18

-Pauvres fous...

Le barde regardait les aventuriers s'avancer or de son établissement, lorsqu'ils furent assez éloignés, il prit le soin de regarder la marque laissée par la mage. Il épousseta la marque comme si cette dernière n'avait été qu'une simple trace faite au sable. Ce que la mage ne savait point, c'est que le barde était insensible depuis des années à la magie des dragons ; il regarda sa petite flute d'os et se rappela jusqu'à quel point le narcissisme de ces êtres pouvait les aveugler. Il ressenti alors l'aura qui se dégageait autour d'elle, une divinité l'observait. Une divinité qui semblait être en colère. Une colère animée par le jugement du dragon, un jugement fait à la hâte et qui ne ressemblait en rien au credo de son Protecteur.
Le dragon avait non seulement provoqué la fureur du barde mais aussi celle du gardien du Havre, faire preuve de tant de force dans un lieu si saint était totalement inacceptable. Alägrim devait veiller à ce que cela ne se reproduirait plus.
Il s'avançait au centre de la pièce et traça un cercle avec une poudre d'un blanc immaculé: d'anciens os de dragons. Et dans la langue des anciens korrigans, il prononça la formule du bannissement. Une petite explosion se fit ressentir et une odeur acre fit son apparition: l'incantation avait son effet. Plus jamais le mage ne pourrait fouler ce sol sacré de ces pieds. Et si par un quelconque hasard, il y arrivait quand même, cela provoquerait la fureur des dieux. D'une façon ou l'autre, le mage était voué à une mort certaine et il ne s'en rendait pas compte.
Alägrim retourna s'assoir derrière son compte et en ouvrant un livre, il se mit à penser au sort du jeune troubadour à l'agonie, prisonnier d'une forêt millénaire.

Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Ven 27 Jan - 12:21

Xerrar pénétra dans la bibliothèque. Il venait de sortir de l'arène et les marques de ces précédents combats donnaient à son visage dix années supplémentaires.

-Bonjour, barde. Je viens aujourd'hui écouter les informations que vous nous avez promis.

Le chasseur se tint devant le barde, à l'écoute...
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Ven 27 Jan - 20:06

Le barde regardait le chasseur avec étonnement. Ce dernier agissait comme s'il n'avait pas été mis au jus des événements des jours passés. Derrière son comptoir, il saisit sa flute au cas où le chasseur serait venu pour user de force. Au moment où il allait se saisir de son instrument, il revit la fiole contenant le sang de l'archer. Le mage l'avait provoqué et était condamné, le druide en la suivant s'était banni lui-même de la bibliothèque pour un bon moment mais ce chasseur, malgré sa ruse avait tenté de négocier. C'était cet homme qui s'était montré au final le plus désintéressé ; et malgré les agissements de ses coéquipiers, le barde voulu lui donner sa chance.

-Elles ne sont plus. Parties avec les actes profanes de vos camarades. Vous avez semé discorde et trahison dans l'enceinte même d'un lieu saint, ceci étant inacceptable, j'ai décidé qu'il était grand temps pour vous de payer et de comprendre comment ce monde fonctionne. On dirait que ce monde est le même que celui d'où vous venez et pourtant, n'est ce pas pour un second départ que vous êtes tous ici ?
La seconde chance étant un principe d'Angardia, j'ai tout de même décidé de prendre un dernier risque. De parlementer une dernière fois.

Le barde lâcha une bouffée d'un bleu sombre à l'odeur épicée et repris:

-Bien entendu, et vous comprendrez, je ne puis me permettre de vous donner tout ce à quoi vous aviez prétendu lors de notre première rencontre. Colère et démonstrations de force sont passées entre temps. Vous comprendrez aussi que cette fois-ci, je ne ferai qu'une seule proposition non négociable et qui est clairement en votre défaveur. Mais comprenez-moi, j'y suis bien obligé sinon je perdrai toute crédibilité auprès de mon Protecteur.
Chasseur vous allez devoir faire un choix, les informations sur votre ami ou celles sur le convoi. Dans l'une des propositions comme dans l'autre, je me contenterai de vous délivrer les informations vitales et rien de plus. Voilà comment se déroulera l'affaire...

Il prit un temps, but une gorgée de thé et en fixant les yeux du chasseur il se lança:

-J'ai noté sur deux parchemins différents quelques informations concernant le barde perdu ou le convoi perdu. Ces parchemins sont protégés par une cartouche de métal bien entendu. Vous devrez donc choisir entre ces cartouches. Une fois ce choix fait, vous pourrez acheter une information complémentaire à la cartouche pour la somme de 100 pièces d'or. Vous avez jusqu'à quatre informations complémentaires supplémentaires, bien entendu cet achat est facultatif.
Lorsque vous aurez fait le choix ou non de prendre ces informations bonus avec la cartouche qui va avec, vous devrez signer un pacte garantissant mes droits. Ce pacte vous protège, me protège mais aussi les informations. Si vous veniez à les perdre, je serai en mesure par biais magique de vous les retransmettre. Une fois la signature apposée, il déverrouille les cartouches et vous permet d'accéder au contenu.
Tout cela est bien beau me direz-vous mais et le tribut que je réclame en échange de tout cela, quel est-il ?
Pour le moment, je ne demande rien sauf les ressources magiques que vous trouverez vous-même lors de votre exploration de la forêt. Et ne pensez pas me doubler en les confiant à vos amis, le traité magique est un traité mortel...
Le réel tribut que je demande en revanche et qui vous coutera le plus je pense, c'est le serment d'allégeance que vous allez devoir faire à mon encontre. Je m'explique, il se peut que dans l'avenir je rencontre des difficultés et si je viens à vous demander de m'aider à régler ces problèmes, j'attends de vous une totale coopération. Pour faire simple, en signant cet acte vous devenez une sorte de partenaire à mon établissement.

Alägrim sortit alors de son comptoir deux cartouches d'un métal aussi noir que l'onyx, un vélin rose qui dégageait un parfum d'origine magique ainsi que le flacon contenant le sang du chasseur et une petite plume dorée.

-Une fois votre choix fait, je vous reprécise que vous pouvez demander des informations supplémentaires. Lorsque tout cela sera bien clair, je vous prierai de tremper cette plume dans le flacon contenant votre sang et de signer le pacte.

  • Cartouche concernant le barde
  • Cartouche concernant le convoi


  • Cartouche 1, 2, 3 et/ou 4 (facultatives) [100 or/cartouche]



Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Sam 28 Jan - 17:32

Xerrar esquissa un nouveau sourire...

-On ne m'achète pas comme cela, barde. Ce ne sont pas mes principes voyez vous ? J'étais et je ne demeurerais qu'un simple chasseur de primes, vous comprendrez aisément je crois, qu'une allégeance m'est impossible. De plus, vous souhaitez déjà me prendre des objets magiques, qui au passage, se revendraient une rondelette somme chez l'armurier. Et pour clore le tout, vous ne me communiquez que les informations qui vous semblent vitales à vous, mais voyez vous, je connais ma profession sur le bout des doigts, et je serais prêt à parier que ces informations ne me seront d'aucune utilité.
Je vous expliquerais volontiers comment je procède, mais, moi non plus je ne révèle mes informations au premier venu gratuitement. C'est une méthode qui s'est avérée payante puisque l'on me considérait comme le meilleur chasseur de prime de tout le Galëann.
Ainsi, je penses que vous devinerez ma réponse facilement, barde. Je me vois dans l'obligation de refuser, et vous m'en saurez gré, je préfère ne plus perdre mon temps ici. Il me serait plus formateur de partir dans l'instant pour la caserne, où je peux affûter mes compétences, qui me seront autrement plus salvatrice que des informations erronées, acquises d'un pédant ignare.

A ces mots, le chasseur, qui n'avait nullement perdu son sourire et sa politesse tourna les talons et fit un signe d’au revoir au barde. Il s’arrêta au pas de la porte et se retourna vers Alägrim qu'il fixa intensément.

-Je puis vous faire un seul serment,
Maître barde je vous le dis maintenant,
Ceci n'est pas un adieux déchirant,
Ce n'est qu'un au revoir mortel.
Je me suis montré clément,
Au regard de mes actes précédents,
Mais aujourd'hui je vous apprends
Que je viendrais avec une pelle,
Pour célébrer votre enterrement.

Xerrar plongea son regard au plus profond de l'âme du bibliothécaire qui venait à son tour, par mégarde, de sceller un pacte avec le chasseur. Plus fort que la magie ou le sang. Un chasseur de primes n'a qu'une parole...
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Dim 29 Jan - 17:54

Peut-on changer la nature d'un être, et par là même l'empêcher de reproduire chaque geste du passé quand bien même en serait-il à sa seconde chance ? D'un pas léger, presque hésitant, Nerenwë fit son entrée au Havre des Sages pour la toute première fois de sa nouvelle existence. Le passé, aussi sombre avait-il été dans sa fin, lui avait apprit bien des choses, dont la moindre restait encore de se renseigner avant de partir se promener au petit bonheur la chance, et quel meilleur moyen que de venir dans l'antre même du savoir d'une ville ? Sinon d'un monde, quoique le discret froncement de sourcils de la semi-elfe à la vue du décor fut à première vue empreint de perplexité. Pourtant, son premier mouvement dans ces lieux fut de s'approcher d'une vieille table craquante afin de passer le bout de ses doigts au-dessus d'un livre choisi au hasard. Heureux hasard, porteur d'autant d'accusations.

▬ Mieux vaut ne guère juger un livre à sa couverture. »

Et ce disant, sa main se posa sur ce dernier et un sourire apaisé étira ses lèvres roses. Autant l'endroit pouvait-il ne pas payer de mine qu'il ne contenait pas pour autant la connaissance nécessaire à sa nouvelle vie, bien au contraire. Les apparences pouvaient être trompeuses, et la plus noire des pommes pouvait être en réalité d'or recouvert de cendres. Enfin, sortant de cette transe particulière dans laquelle la plongeait toujours le monde de l'érudition, la jeune femme éthérée releva lentement son regard pour mieux croisé celui, cruellement observateur, du propriétaire de la bibliothèque. Oh, elle savait qu'il l'observait depuis son entrée et n'était pas surprise de le trouver là, loin s'en fallait, mais il était presque de coutume pour elle d'offrir un hommage silencieux au savoir, preuve du respect qu'elle gardait pour un lieu sacré, et ce avant de se soucier d'être jaugée par une personne en parfaite santé. Quoiqu'à le regarder en se permettant de s'approcher du comptoir, n'importe qui d'autre eut put douter de ce dernier point. Mais dans l'esprit de la pâle damoiselle, ses traits marqués par l'histoire n'étaient pas aussi inquiétants que son regard, bien qu'elle fit l'effort de ne pas montrer son inquiétude en lui offrant une gracieuse révérence en guise de salut.

▬ Veuillez me pardonner, noble Sir, pour mon absence d'attention au profit de vos livres. »

A nouveau dressée, bien que d'une taille considérée comme petite, l'elfe pencha délicatement la tête sur le côté, image même de l'animal curieux en quête de réponse.

▬ Si vous me permettez, je tiens à me présenter à vous en toute bonne foi. Je me nomme Nerenwë, du clan Ilanat'thel, et je suis, comme vous devez aisément vous en douter, une nouvelle arrivée en ces contrées. C'est en cette... Qualité, pourrait-on dire ironiquement, que je me présente à vous. En effet, détenteur du savoir de ce monde, j'espérais humblement pouvoir vous demander quelques renseignements sur ces lieux. »

Croisant sagement ses mains dans son giron, la belle se contenta de rebaisser légèrement la tête en l'attente d'une réponse, préférant de loin patienter afin de voir ce que son interlocuteur serait prêt à dire de lui-même avant de poser une quelconque question plus précise.

TC : +18 Gourdin


Dernière édition par Nerenwë le Lun 30 Jan - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Dim 29 Jan - 19:45

Les récents événements avec les membre du Sang Naturel avaient fait que le vieux barde était devenu méfiant. Très méfiant avec les étrangers. Et puis il vit la jeune elfe passer le seuil de son établissement, d'une rare beauté, elle n'en restait pas moins d'une potentielle dangerosité. Au lieu de s'adresser directement au barde, elle était restée un moment à lire un vieux manuel pour enfants à la grande surprise du gérant. Alägrim en avait profité pour la scruter de part en part, cherchant le moindre petit détail qui pourrait lui révéler ses réelles intentions. Le chant qui découlait de cette curieuse créature était d'une rare harmonie ; elle était non pas avide de pouvoir mais de sagesse -une qualité que bien évidemment le marchant ne pouvait blâmer-, de curieuses notes divines apparaissaient de temps en temps avant que magie blanche et bonté de l'âme ne s'entrechoquent dans un somptueux final.
Lorsque la jeune clerc s'approcha du curieux rhapsode, ce dernier ne put s'empêcher de remarquer qu'elle n'appartenait pas encore à la guilde qui préférait perdre un allié plutôt que perdre un peu de ressources. Un sourire s'esquissa rapidement en écoutant la présentation de la jeune femme.


-Inutile de demander pardon pour les livres posés sur les tables ma chère, ils sont à disposition de tous car fort peu instructifs. Essentiellement de vieux ouvrages de gestion au milieu de quelques livres pour enfants. Je sens en vous un désir ardent de se cultiver, de passer à un stade d'érudition supérieur. Et cela tombe bien car vous êtes dans l'endroit rêvé. Il y a des années de cela, cet établissement était un temple dédié à la Destinée, les jours couchants, les prêtres sont partis progressivement à la recherche des artefacts légendaires désertant ce lieu de culte qui comportait l'une des plus belles bibliothèques de tout Angardia. J'étais encore jeune lorsque j'eusse l'idée de restaurer cette dernière. C'était un temps où les érudits de tous pays affluaient par dizaine chaque jour, une époque florissante pour les affaires où l'échange d'idées créait des débats passionnants. Un temps révolu, comme les prêtres avant, les érudits sont peu à peu près partis vers d'autres contrées laissant cet établissement sombrer une seconde fois.
Ne reste plus que des souvenirs, quelques ouvrages et un vieux marchand toujours au comptoir à espérer une troisième age d'or... Assez de lamentations, passons à ce que attends depuis tout à l'heure je pense.
Dans ces lieux, tu trouveras la tranquillité qu'il te faudra pour consulter, étudier voir écrire des ouvrages. La consultation est bien entendue payante et en fonction de la qualité de l'écrit que tu désires lire, plus ou moins cher. A toi donc, légendes écrites ou orales » - le druide marqua une légère pause afin de se rafraichir la gorge.
Dans ma jeunesse, j'ai écumé les quatre coins du monde rapportait avec moi un paquetage important de mythes variés. Au fur et à mesure du temps, je tente de les retranscrire mais le temps me manque parfois. Tu peux aussi y trouver de nombreuses cartes au trésor, des partitions de musique. Ayant gardé de nombreuses relations à l'extérieur de ce village, je suis aussi en mesure de te donner de nombreux renseignements divers et variés si ta demande est claire et concise.
Bien entendu, je vends de nombreux kits pour les érudits. A toi plumes, vélins, encres en tout genre. Tu es en droit de te demander ce que je réclame en échange de tout cela et je vais te répondre. Il m'arrive de demander de l'or mais je préfère de loin le troc pur, l'échange d'informations et bien plus. Je suis en recherche constante d'écrits, aussi je serai ravi de t'acheter le fruit de ton esprit ; que ce soit magique ou non.
Pour toi il me semble qu'il est inutile de dire que je me refuse à toute violence et que de tels agissements auraient de sérieuses répercutions pour leur commanditaires. Il me semble que je n'ai rien oublié, as-tu des questions supplémentaires ?

Prenant une bouffée de sa pipe, il prit le soin de recracher plus loin la fumée ocre qui en sortit. Secrètement il espérait que la jeune femme soit plus sage que ses prédécesseurs et que les deux esprits, bien qu'opposés, puissent engendrer une relation entre érudits saine et profitable à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Dim 29 Jan - 20:36

Face à cet être qui ne connaissait pas d'âge, à moins qu'il ne connaisse simplement tous les âges, Nerenwë se sentait minuscule. Comme un grain de poussière tout juste posé sur les pétales d'une fleur encore endormie, cachée aux yeux du monde. Ainsi parlaient les yeux, et ce puits de connaissances en savait visiblement assez pour maîtriser la méfiance dont la semi-elfe elle-même manquait cruellement. Ceci dit, elle ne pouvait l'en blâmer, et de loin, la logique voulant qu'elle ne fut pas la seule profane à avoir foulé ce sol et fait résonné sa voix sous la voute de pierre et les poutres de bois.

▬ Dire d'un livre, quel qu'il soit, qu'il est peu instructif... N'est-ce pas sous-estimer le pouvoir des mots, et plus encore de l'âme qui les a couchés sur le parchemin ? »

Un petit sourire mutin, peu ou prou naïf, étira à nouveau les lèvres de la demoiselle tandis que sa tête se penchait à nouveau sur le côté, le regard malicieux d'une question plus philosophique qu'elle n'y paraissait. Après tout, n'y avait-il pas quelques raisons pour que les enfants soient poussés vers ces tomes dès leur plus jeune âge ? L'enseignement, au fond, se cachait le plus souvent là où on ne l'y attendait pas. Cette question soulevée, pourtant, n'était pas du domaine de sa soif d'apprendre actuelle, et c'est avec soin que la prêtresse prit le temps de réfléchir et de peser chacune de ses pensées avant d'ouvrir à nouveau la bouche, s'exprimant avec toute la douceur qui seyait à son caractère.

▬ Cette époque semblait belle, et sa connaissance confortable... En cela, vos souvenirs honorent parfaitement la mémoire de ce temple. En vos paroles, je puis presque... Presque, oui, imaginer sa grandeur d'antan... Et celle de ce troisième âge d'or pour lequel vous soupirez. Tant de temps, j'imagine, passé à attendre, sans personne pour l'entendre. Y a-t-il quoique ce soit que je puisse faire pour vous aider à apaiser votre âme ? »

Dans ces paroles alors vibrait le plus pur des appels, elle qui n'espérait en disant cela ni récompense ni gratitude, mais le simple soulagement de pouvoir faire quelque chose pour une âme qui visiblement, de façon bien cachée, souffrait de cicatrices autrement plus impressionnantes que celles recouvrant le visage du barde. Son pouvoir n'était pas grand, ses moyens non plus, mais sa volonté d'offrir le peu qu'elle avait en revanche ne faisait aucun doute.

▬ Le savoir contre le savoir. Un bon échange, et sans aucun doute équitable pour l'esprit aguerri. »

D'un léger mouvement de tête qui fit ondoyer des reflets d'argent dans sa chevelure, Nerenwë salua le procédé.

▬ Je ne tiens pour ma part qu'à découvrir ce monde et honorer cette seconde chance que l'on m'a donnée en protégeant qui de droit - bien que comme vous puissiez le voir, je sois on ne peut plus seule à l'heure actuelle. Contre ce type de savoir, que pourrai-je vous offrir qui aurait de la valeur à vos yeux ? »

Pour qui savait juger le poids d'une âme, la demande ne pouvait être plus simple. La valeur des connaissances sur la magie blanche, si douloureusement perdues lors de son passage dans ce nouveau monde.

TC : +21 Gourdin


Dernière édition par Nerenwë le Lun 30 Jan - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Dim 29 Jan - 22:01

Le druide, en silence, s'était glissé derrière la porte. Il lui semblait avoir repéré une présence au sein de ce lieu étrange qu'était la bibliothèque de Belghärd. Tendant l'oreille il avait perçu des bribes de voix, l'une féminine et celle reconnaissable du vieux barde.

Il s'éloigna de quelques pas, laissant à ces deux-là le loisir de discuter à l'abri des oreilles inquisitrices, et s'assit sur un vieux banc de pierre à l'extérieur. Deux de ses corbeaux vinrent se poser sur ses épaules, un autre atterrit à côté de lui, et le dernier picorait quelques restes de racines sur les pavés secs du vieux village. Ses deux furets s'étaient blottis sur les jambes de l'homme, qui jouait avec sa barbe mûre de quinquagénaire.

Cette nuit, d'étranges rêves l'avaient hanté, il était question de justice et de confiance. Le Destinée lui était apparue et l'avait sermonné quant à son jugement trop hâtif et sa méfiance maladive. Il avait peut-être mal jugé ce vieux grigou de bibliothécaire, quand il avait refusé ce contrat. À première vue, signer un papier de son sang alors que des formules incompréhensibles y sont apposées ne semble pas très sûr. Mais cet homme se disait protégé par la Destinée. Et son rêve semblait le confirmer... Pourquoi diable ne portait-il pas son insigne ? Ces hommes devraient être fiers d'arborer la justice sur leur poitrail ! Quoi qu'il en soit, le vieux druide semblait s'être mépris sur son compte, et il allait tenter de réparer cette erreur. Cependant, il était hors de question de vider sa bourse - déjà trop légère pour quelque expédition que ce soit - ou de lui remettre quelque artéfact dont la valeur serait trop importante pour justifier de quelques informations. Cet homme jouait avec le vie du relativement noble barde Ersaishania, et il ne devait en rien profiter de sa situation s'il était aussi juste qu'il le prétendait.

Le druide ferma les yeux un instant.

Quelques réminiscences revinrent à son esprit, et des images d'antan défilaient devant ses yeux. De lointains échos de chamailleries entre ce barde fougueux, tentant de recouvrir le vieux druide des déjections de sa grive, la chute d'Ersaishania dans le vieux puits et son retour avec diverses bourses en main, ses paroles pleines d'entrain et d'espièglerie.

Tout cela lui manquait.
Il allait retrouver son ami, coûte que coûte.

Il se leva et contempla les alentours. De vieux arbres dévêtus de leurs feuilles se tenaient droits et fiers. Le forêt allait perdre ses derniers atours. Il serait trop tard pour s'y aventurer s'ils voulaient minimiser les risques. Avec le froid prochain et la neige qui en découlerait, l'aventure serait bien plus ardue. Et la fin d'Ersaishania encore plus incertaine...

Korndor caressa tour à tour les petits animaux de sa ménagerie et se rapprocha de la bibliothèque. Il n'entendait plus aucun bruit.
Il attendit alors...



TC : +23 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Lun 30 Jan - 13:03

Un sourire malin se dessina sur le visage marqué du barde à l'écoute de ses questions. Non seulement généreuse et ouverte, la jeune femme semblait posséder une vivacité d'esprit qui égalait largement sa répartie.

-Sous-estimer le pouvoir des mots. Peut être. En ce qui concerne l'âme qui s'est amusé à les retranscrire, j'appelle cela de la modestie.

Un autre visage parcouru le barde, heureux d'avoir joué un tour au clerc. L'espace d'un instant éphémère, le bédouin érudit avait laissé place à l'enfant joueur qu'il avait été.


-Pour le moment, je doute qu'il y ait grand chose à faire. Renforce ta culture et tes connaissances, prouve au monde que le savoir est une arme et que l'esprit qui le détient en est le maitre absolu. Élargie ta vision du monde et reviens me voir lorsque tu auras des choses à me raconter. La valeur des paroles est infinie tout comme ses pouvoirs. Je serai heureux d'écouter et de débattre avec toi à l'avenir.

Le barde s'arrêta et d'un habile mouvement, attrapa un registre sur le haut de l'étagère qui se trouvait derrière lui. Il le feuilleta rapidement, lâcha un soupir et fixa les yeux de la demoiselle.

-Jeune Nerenwë, j'ai entendu ton appel. Ton désir de retrouver les dons perdus en franchissant le portail mais je ne puis t'aider pour le moment. A ma façon, je t'ai sondé tout à l'heure et je puis te garantir que tes pouvoirs sont encore là. Ils sommeillent et n'attendent plus que tu trouves le moyen de les libérer. Crois en toi et tu verras, tu consolideras ces derniers à n'en point douter. En revanche, j'ai peut être retrouvé la trace d'un ancien manuel d'alchimie.
Ces derniers sont devenus très rares avec le temps mais il se pourrait que je puisse te dénicher quelques recettes si tu me laisses un moment de recherche. Tu peux te demander quel est le rapport entre alchimie et magie blanches et la réponse est simple: l'alchimiste peut concocter toute sorte de potions à partir de nombreuses ressources magiques mais le lien qui fait que ces dernières aient un effet puissant est la magie insufflée par l'alchimiste. Pour faire simple, la puissance du mage blanc influe sur la capacité des ressources à s'harmoniser.
En revanche, il y a fort longtemps de cela, j'ai entendu dire que certains de ces mages avaient mis au point des sorts curatifs particulièrement puissants et que certains s'étaient mis à les retranscrire. Malheureusement, je n'en sais pas plus pour le moment, je tacherai de me renseigner.

Un son strident vint troubler la conversation, le barde se retourna et devant les yeux ébahis de la clerc, fit apparaitre une théière enchantée ainsi que deux petites tasses. L'elfe s'étant montrée très sympathique, le vieux barde voulait la remercier pour avoir pris le soin de s'attarder pacifiquement dans son établissement. Après tout, l'érudition était une chose commune à beaucoup mais peu la recherchait dans un but juste et bon.
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Lun 30 Jan - 16:08

Petite touche de plaisir dans un monde trop sombre, le rire mélodieux de la semi-elfe vint emplir la pièce d'un murmure qui se montrait aussi joueur que l'avait été le barde. A elle qui avait eut peur de tout perdre, jusqu'à son âme propre, cette simple conversation était un baume, un jeu de l'esprit et des mots aussi rafraichissant que rassurant. Quoique différents dans la forme, dans le fond les deux érudits se comprenaient et, en cela, se ressemblaient subtilement. Accorder aussi humblement ce point à son vis-à-vis ne fut en rien difficile, et ce n'est qu'après en être revenue à un masque plus sage que la jeune femme reprit la parole :

▬ Soyez-en assuré, je ne manquerai de revenir sous aucun prétexte. Je ne doute pas que nous aurons à l'avenir encore nombres de sujets à débattre et, je l'espère, à partager. Et si à quelque moment que ce soit vous requérez mon aide, sachez qu'elle sera vôtre sans condition, Maître barde. »

S'engager, d'honneur et de parole, pouvait être pour beaucoup un risque, un risque à prendre. Pour Nerenwë, cependant, il n'en était rien, rien de plus que le gage d'une confiance donnée naturellement, car qui ne donne pas ne reçoit jamais rien. Suite à cela, la prêtresse se contenta d'observer avec curiosité le registre entre les mains de l'elfe, sans même s'en cacher. Après tout, elle ne comptait pas non plus se jeter par-dessus le comptoir pour le forcer à lui lire son contenu. D'autant qu'aux paroles qui suivirent, la belle eut un mouvement de soulagement en portant une main à son cœur dont un battement venait d'être oublié. Ses pouvoirs, ses connaissances, cette part d'elle-même qui lui avait été arrachée à sa mort, étaient encore là. Le moyen de sauver des vies courait encore dans ses veines, quelque part.

▬ Vos paroles sont en elles-même un tel don que je ne saurai vous en remercier suffisamment. »

Encore une fois, la blanche créature fit une pause dans ses propos. Au risque de sembler lente d'esprit, ce qu'elle n'était pas, l'enseignement qu'elle avait reçu lui avait apprit à ne jamais se contenter d'une réflexion unique. Hormis en cas d'urgence, bien entendu, mais le barde ne semblait guère plus pressé qu'elle.

▬ Cependant, et je pense que vous me pardonnerez ma question un peu naïve, il m'a toujours semblé que le savoir des artificiers était en matière d'alchimie le plus conséquent. En cela, ma demande est la suivante : Me sera-t-il besoin de l'assistance de l'un d'eux si, par un heureux hasard, vous en veniez à découvrir des recettes qui puissent m'être précieuses ? »

Sans pour autant douter de la bienveillance de cette proposition, la frêle elfe n'en préférait pas moins en savoir plus sur le sujet abordé, et avant tout sur le fonctionnement du procédé avant même de se faire de beaux espoirs quant à l'utilité plus que probable d'une telle connaissance. Toute personne capable de lire n'était pas forcément capable de saisir l'essence de ce qu'elle avait sous les yeux, et en cela elle ne désirait se faire aucune illusion. Enfin, un nouveau sourire étira ses lèvres en croissant de lune.

▬ Toutefois, vous pouvez vous en douter, je serai on ne peut plus heureuse si vous acceptiez de mener ces recherches pour moi, aussi bien sur ces sorts miraculeusement sauvés des flots du temps que sur ce grimoire. Je pense, Maître Barde, que vous pourrez vous allouer tout le temps qu'il vous faudra puisque je ne compte abandonner cette ville aussi tôt. Et d'ici là, je ne doute pas d'avoir quelque chose qui vous intéressera en échange. »

Comment refuser un moyen d'aider le plus grand nombre ? Fou aurait été celui à refuser pareille offre, d'autant plus venant d'un être à la fois aussi mystérieux et aussi aisé à comprendre. Elfe paradoxal... Et surprenant, sans doute aucun, puisque Nerenwë ne s'interdit pas une petite moue de surprise à l'apparition soudaine de la théière, ni même le sourire le plus doux qui soit à la suite. De fait, tout naturellement, la belle fit délicatement tourner les tasses vers chacun d'eux avant de faire quelques pas de côté pour ne plus encombrer toute la face du comptoir. A nouveau mutine, et d'un chuchotement, l'elfe plissa son regard d'azur.

▬ Que diriez-vous, Sir, de rajouter une tasse de plus ? Je crains d'avoir déjà abusé de votre temps et d'avoir poussé quelqu'un à patienter à votre porte. »

Soyons sérieux : Il n'aurait pas été de bon ton, même en étant une bâtarde, de ne pas percevoir les pas au dehors et les cris des corbeaux.


TC : + 60 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Lun 30 Jan - 20:44

Le vieux conteur avait écouté avec attention chaque interrogation de la part de l'elfe. Son arrivée récente légitimait les questions qui devaient se bousculer dans la tête de la jeune femme, aussi, l'homme tentait tant bien que mal pour donner de nouveaux repères à cette charmante compagnie. Un bref instant, il se surprit même à rougir en entendant, avec étonnement, la marque de respect que lui témoignait Nerenwë. Cela faisait bien longtemps qu'on ne l'avait point appellé comme ça et il se demandait s'il pouvait réellement prétendre à ce titre. Et puis l'hybride vint à le questionner sur l'alchimie, bien que non spécialisé dans le domaine, il n'en restait pas moins une personne tout à fait capable de lui répondre.

-En réalité, si les artificiers ont été pendant très longtemps les grands maitres de cet art, ce n'est qu'une pour une unique raison: le silence. Et puis, de jour en jour, des informations filtrèrent révélant alors le secret que ces personnes tentaient de garder pour eux-mêmes. Ces hommes avaient mis au point un ingénieux système afin de créer des potions à une cadence beaucoup plus élevée que les adeptes de phytothérapie traditionnelle. Composé de différents ustensiles de cristal et de nombreux tuyaux de métal, ces machines dignes des plus grandes forges naines permettaient alors de fusionner les différents ingrédients, certains ont nommé cela des alambics.
Malheureusement, créer une potion n'ait pas sans risques... Bien souvent, les propriétés magiques des ressources étaient de nature différente, ce qui, bien évidemment, conduisait à de graves intoxications magiques.
L'alchimie fut donc considérée comme un art mortel pendant de longues années et puis un ingénieur nain mis au point un alambic spécial. Automatisé comme les normaux, il nécessitait cependant une alimentation magique. Il en va de soit que celle ci soit blanche. Cette machine spéciale était non seulement plus sûre mais aussi plus scrupuleuse. Je ne sais point par quel enchantement, le nain à l'origine mis au point un système de protection de son utilisateur. Ainsi, si l'alchimiste n'avait pas assez étudié les propriétés magiques des ressources qu'il utilisait, la machine les annihilait tout simplement.

Alägrim voyait les yeux de l'elfe. Il voyait dans la profondeur de son regard le désir ardent de mettre la main sur cette machine magique ; elle était non seulement captée par le récit du vieil homme mais aussi, et très certainement, par l'idée de ce qu'elle pourrait faire de l'alambic. Elle n'était pas la première à le questionner à propos de l'alchimie cependant elle était la première à vouloir en faire une utilisation bénéfique à tous alors que d'autres avaient tenté d'en faire une machine à créer de terribles poisons. Aussi, il se risqua à aller plus loin dans son explication.

-Dans l'hypothèse où je serai, une nouvelle fois, en mesure de dégotter ces choses dont je te parle. Qu'aurais-tu à me répondre si je te demandais de ne pas vendre ces potions ou bien encore, si je te demandais de les user avec la plus grande prudence ?
Vois-tu, même si les potions curatives sont très efficace, le risque quand à la création d'un poison mortel n'est pas nul. Il se peut même qu'en voulant créer un remède à un rhume, la machine se détraque à moment, créant ainsi un fléau dévastateur.

S'arrêtant net, le trouvère capta les mouvements à l'entrée de son établissement. L'énergie mystique qui en émanait indiquait une forte probabilité que cela soit le druide venu plus tôt. Était-il là pour s'excuser ou pour tenter de le piéger à nouveau. Par prudence, Alägrim décidé de ne plus parler alchimie pour le moment.

-Une tasse en plus ? Je ne pense pas que cet homme soit venu pour boire du thé. De plus, je ne réserve ce traitement qu'aux amis. Il a eut sa chance, il ne l'a pas saisi. Néanmoins, tu as raison sur un point Nerenwë ; il est peut être tant de lui accorder une nouvelle audience. En ce qui concerne nos affaires, je t'informerai de la situation si j'ai du nouveau dans mes recherches. Et sache que tu n'abuses point de mon temps, bien au contraire, c'est toujours un plaisir de parler avec une personne dans ton genre.

Un petit sourire lui parcourra le visage trahissant probablement la grande sympathique qu'il éprouvait pour cette personne de bon aloi. Une petite explosion s'exprima alors sur le comptoir faisant disparaître registre, thé et tasses. A la place se tenait un serpent de pierre arborant de fantastiques rubis à la place des yeux. Dans sa gueule ouverte se tenait une petite cartouche cylindrique d'un cuivre éclatant. Son regard devint plus sérieux et sa mine moins accueillante. Il chuchota alors à la jeune elfe qu'une table lui était réservée si elle voulait venir étudier en attendant l'ouverture prochaine de salles d'études. C'était une petite table d'un bois noir à côté d'un mur de vieilles briques blanchâtres. Un petit chandelier y était apposé et la poussière semblait disparaitre au fur et à mesure que l'elfe la regardait. Il se racla la gorge en tentant d'être le moins grossier possible et d'une voix forte, invita le druide à rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Lun 30 Jan - 22:13

Le druide, hélé par Alägrim, se dirigea lentement vers la porte de la bibliothèque. Il passa sa tête par l'ouverture, et scruta attentivement à l'intérieur, plissant ses vieux yeux aux bords ridés. Ayant appréhendé la configuration de l'espace, il s'avança un peu plus et posa un premier pied dans l'enceinte du bâtiment. heureux de constater qu'il n'avait pas implosé, il y posa un second et se raidit. il jeta un bref coup d’œil au barde, qui acquiesça brièvement d'un léger coup de menton. Il s'avança alors jusqu'au pupitre du vieil homme, y posa une main à plat, et s'éclaircit la gorge. Un toussotement rauque s'en échappa, et le druide entrouvrit alors les lèvres en laissant s'échapper :

- Je vous ai peut-être mal jugé, vieillard. J'ai reconsidéré l'aura de ces lieux, et c'est ma protectrice qui y réside. Sous son égide, je viens donc me présenter à vous, honteux de cette méprise. Sous vos traits de vieil avare grippe-sou, il y a peut-être plus de sagesse que je le pensais. Je me présente donc ici en tant que médiateur, afin de peut-être prouver à mes compagnons que nous nous sommes mépris sur votre compte. Je sais d'expérience que les conflits entre âmes honnêtes ne sont jamais bons, ce pourquoi j'aimerais arranger les choses. Mais le dragon vous ayant pris pour un obstacle à la reconquête de notre ami perdu, il s'est emporté, oubliant sa fébrile enveloppe humaine. Il se croit toujours dans sa vieille peau d'écailles, plus dure que du mithril et plus sombre que l'âme des hommes.

Le druide fut interpellé par un bruissement de page. Il reconnut alors la demoiselle qui se tenait dans ce lieu avant lui. Se demandant tout d'abord s'il n'avait pas brisé quelque intimité, il se reprit et poursuivit la conversation, conscient qu'il n'y pourrait plus rien changer.

- Ainsi, les esprits se sont échauffés et affrontés, créant de magistrales étincelles qui raviraient l'oeil des spectateurs, mais également la vie de braves qui ne méritent par de s'ensevelir dans de tels conflits. Je crois, cher barde, que nous avons tous mieux à faire que de nous enfermer dans de stériles échauffourées.

Le druide fit quelques pas pour meubler le silence. les mots n'étaient pas son fort ; d'un naturel concis et solitaire, c'est par la présence des hommes qu'il avait dû les apprivoiser et s'en servir comme d'une arme diplomatique, de celles que l'on brandit pour ne faire aucun mort et arranger les événements.

- Ainsi, je tenais à vous dire que ce barde représente beaucoup pour nous, non seulement sur le plan émotionnel, bien que sa présence me manque énormément, mais également car il est l'âme du groupe. Les artistes sont le cœur des récits, l'âme des discours et la source de la culture de toute guilde. Il est celui qui fera d'un dragon impulsif, un chasseur prétentieux et un druide acariâtre des héros aux qualités indéniables. Alors, le dragon loyal, poussé par la force de l'amitié, sera chevauché par un barde virtuose, un chasseur à l’œil expert et aux doigts de fée, et un druide amical à qui la nature apporte tout son soutien. Sous ma nature bestiale se cache un cœur qui voit ces choses, et a acquis depuis des décennies l'importance de l'art et de la littérature. Aussi, ce lieu n'aurait en rien dû être le théâtre de terribles affrontements. Je vous prête donc ma vieille plume d'alouette pour signer ce vieux manuscrit qui n'a rien à cacher. Il est écrit en Angardien moderne, sans nul sceau magique, et vous garantit qu'en signe de reconnaissance nous vous apporterons tout objet pouvant vous être d'une quelconque utilité. Je vous en fais la lecture :

"Ce parchemin fait office d'accord entre Alägrim le Barde et korndor, druide des forêts celtes de Galädrim. Cet accord officiel sera laissé sous la garde du Barde une fois signé, en gage des récompenses qui lui seront dues. Toute modification effectuée sur le présent document annulera sa validité.

I. Alägrim le Barde s'engage à donner au druide sus-cité les informations vitales en sa connaissance concernant la recherche d'Ersaishania, membre disparu de la guilde du Sang Naturel. En conséquence de cet acte, Korndor est tenu de respecter son engagement énoncé dans la seconde clause de ce document.

II. Korndor, druide celte de son état, s'engage à fournir au barde Alägrim et en échange des informations évoquées tout document culturel, objet musical et trésor enchanté dont il ne saurait honnêtement faire usage, ou qui reviendrait de droit au barde s'il s'agissait de contenu culturel inédit.

III. Clause de sécurité :
En cas de tromperie de la part du barde, qu'il s'agisse d'informations erronées ou insuffisantes, ce contrat sera considéré comme nul. Sera déclaré insuffisant tout renseignement ne dénotant pas d'un endroit ou d'agissements précis, et ne menant pas vers la piste d'Ersaishania. De même, tout document rapporté par l'équipe devra être consultable librement par la guilde du Sang Naturel, bien qu'ils appartiennent de droit à Alägrim l'érudit.

En échange de cette clause, et si l'opération venait à être un succès, le dragon balbereith aurait le loisir de venir clarifier les choses et s'excuser de son comportement, causé par l'émotion compréhensible qu'est peur de perdre un ami, en échange de quoi il pourrait se voir offrir à nouveau l'accès à la bibliothèque sacrée de sa protectrice, qu'il pensait sincèrement servir en soutenant loyalement sa guilde."

C'est clair, concis et sans entourloupes, déclara le druide. Un contrat comme je les aime.

Il regarda le barde d'un air avenant, et passa sa main sur un parchemin couvert de poussière.

- "Cartographie Extraplanaire : MMMDCLXVII - Forêts antiques de Galädrim" ; ma foi, on dirait que cette bibliothèque recèle de jolis trésors. J'aimerais consulter des études extérieures portant sur ma forêt natale. La nostalgie pourrait m'emporter, mais je serais curieux de contempler mon monde depuis votre point de vue, messire barde.

Il reposa le document, et déposa le contrat sur le bureau.

- Vous pourriez éventuellement le fumer, mais je doute que celui-ci ait aussi bon goût. Il me semble d'autant moins douteux qu'il est clair, à l'inverse de votre bout de papier qui puait la magie, donner mon sang pour des rites d’illusionniste ne m'a jamais paru être une alternative enviable. Je m'excuse encore platement pour mon attitude, mais vous croyant menaçant j'ai préféré vous envoyer un signal fort clarifiant nos positions : nous n'acceptons pas ce que nous ne comprenons pas.

Un sourire bienveillant s'était désormais dessiné sur son visage, et le druide plongea son sombre regard dans les pupilles du barde. Direct et franc, dévoilant ses plus humbles sentiments, il attendit sa réponse. Pour la première fois de son existence, il s'était excusé, et avait proposé réparations à quelqu'un. La fierté celte n'était plus de rigueur en ces temps obscurs.

Le Guide : +57 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Lun 30 Jan - 23:06

-Mon ami, je savais que je vous trouverais ici... mais...

Xerrar examina le parchemin que Korndor venait de porter au barde. Il savait que le barde possedait des informations capitales pour sa traque de l'abomination. Mais un chasseur de primes ne se laisse pas marchander ainsi. Il fixe lui même les prix.

-Si je puis me joindre à cette offre... mon ami, je serais ravi de faire affaire avec le barde.

Xerrar se tourna vers le barde qui regardait le chasseur avec attention.

-Si vous me le permettez, je souhaite mettre mes talents à votre service pour cette fois. Ainsi, je considère que le prix de nos erreurs et de vos renseignements vaux amplement le prix de mon expertise. Je suis prêt à débourser 50 pièces d'or en dédommagement et m'engage aux même conditions que mon compagnons. Ainsi, vous pouvez voir que je ne suis pas borné et que je reconnais nos errements passés. Seulement, nous ne sommes pas ici depuis longtemps, et mes compagnons et moi même, nous ne savions pas sur quels gredins nous pouvions tomber. Nous nous sommes trompés sur votre compte, sir. Et à présent et ce, jusqu'au retour du barde en cette ville. J'accepte de mettre mes talents à votre entier et seul service...

Si la seule solution pour trouver la bête était de s'asservir momentanément, Xerrar le ferait sans gène. Mais une honte sans nom subsistait dans sa voix. Une honte qu'il ne parviendrait jamais à dissimuler. Devoir ainsi se vendre entier à un homme qui vous regarde de haut vous noyer n'est pas dans ses habitudes. Mais ici, il avait appris à mettre de l'eau dans son vin. Et il le savait, il était impératif d'avoir le barde à ses cotés pour cette mission. Retrouver la bête ne se ferait pas sans l'aide d'un natif de cette contrée, qui connaissait la forêt bien mieux que lui. Qui savait par où passait la caravane de ravitaillement et donc, par conséquent, dans quel secteur nichait la bête... Et pour retrouver leur ami, il faudrait des renseignements sur les possibles endroits où l'on peut vivre : près d'une source, d'une caverne, d'une plaine pour trouver le gibier, ou que savait il ? Près d'un coin à champignons ? Les bardes ne savent pas casser aussi bien que les chasseurs, les denrées immobiles avaient du suffire au barde pour survivre seul dans cette forêt hostile.

-Mes flèches seront vôtres, mon poignard est vôtre. Mon être entier vous appartient jusqu'à ce que nous puissions boire une bière accompagné de notre barde, la peau de cette bestiale abomination sur nos épaules. Je vous ai dit qu'un chasseur comme moi n'avait qu'une parole ?

Xerrar sortit son poignard et s'entailla l'avant bras... Quelques gouttes de sang perlèrent sur les anciennes cicatrices du chasseur, avant de tomber au sol.

-Par mon sang, je conclu ce pacte qui vous déclare mon maître exclusif, maître Alägrim...


TC : = +27 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 31 Jan - 2:04

▬ Le silence... A la fois le plus bel ami et le plus grand ennemi des érudits. J'admire le talent qui est le vôtre à posséder tant de connaissances pour lesquelles nombre de mortels s'entredéchireraient aisément. Quoique cela puisse m'inquiéter pour... Vous... » Rajouta-t-elle d'une voix basse.

Avec une simple parcelle de ce savoir, les Dieux seuls savaient ce que d'autres esprits auraient fait. Dans son esprit, Nerenwë n'y voyait que guerre, souffrance et landes en friche, souvenirs déjà brumeux de ce que ses paroles n'avaient pu empêcher. Mais quelle valeur pouvait posséder l'avis d'une prêtresse quand les hommes manquaient pour combattre et qu'on s'en retrouvait obligé d'attirer les enfants dans un monde qu'ils n'auraient pas dû découvrir aussi tôt ? Se mordillant nerveusement la lèvre inférieure à ce passé encore trop présent, la belle ne pouvait s'empêcher d'espérer de plus grandes choses au sujet de cette machine aux propriétés étonnantes - quoique sur certaines parts, effrayantes. Entre de mauvaises mains, la connaissance devenait impure, et même la plus pure des bontés pouvait prendre des accents de dangers. La compréhension de ce secret bien gardé n'était, en soi, pas la partie la plus difficile à atteindre. Non, les véritables questions étaient, de fait, exactement celles posées par le barde.


▬ A vos questions, voici mes réponses Maître barde : Je ne vendrai en aucun cas le fruit de ces expériences, non pour votre demande, mais de par la peur de tomber sur quelqu'un qui serait assez malintentionné pour vouloir par la suite en découvrir les secrets et les pervertir. L'Alchimiste que je ferai, si tant est que cette hypothèse serait juste, n'en sera certes pas assez habile que pour ne pas risquer de propager une catastrophe par ce simple procédé. Les potions ainsi créées de mains profanes se doivent d'y rester et d'y être étudiées avec toutes les méthodes connues avant de pouvoir s'avancer à les utiliser sans doute. De ce procédé viendrait la certitude nécessaire à l'utilisation d'une potion, ceci revenant à répondre à vous deuxième question. La magie, sous toutes ses formes, n'est pas un jeu. En peser toutes les conséquences avant de juger de son utilité est la chose la plus sage à faire, à mon humble avis, sans pour autant aller dans des extrêmes de paranoïa. »

Ainsi se termina ce chapitre de son histoire, sa première rencontre avec le sage bibliothécaire, sur un chuchotement agréable qui la redirigea sans hésitation, après un remerciement, vers sa table, d'un noir d'encre de plus en plus marqué à mesure qu'elle s'en approchait, détail qui lui tira un tendre sourire. Ici, enfin, elle pourrait trouver un lieu de paix et de communion. Certes pas encore le temple auquel son âme aspirait tant, mais il n'existait rien de plus proche que ces rayonnages de livres pour l'entourer, à peine éclairés par le petit chandelier saisi du bout d'une main ferme. Tout ici était nouveau pour elle et avait, de fait, le mérite de l'intriguer, aussi laissa-t-elle courir ses doigts sur plusieurs reliures sans prêter une trop grande attention à la nouvelle conversation qui venait de s'engager. Quelque part en elle, une voix chuchotait que tout cela ne la regardait pas et qu'il valait mieux, et de loin, de ne pas s'en mêler. Combien de fois l'avait-elle écoutée ? Aucune. S'étant assise après avoir choisi quelques exemplaires centrés sur les divinités et les légendes de l'Angardia, la semi-elfe fit jouer quelques pages sous ses doigts, tentant de s'y concentrer. Rien qu'à la mention d'un quelconque côté grippe-sou chez le bibliothécaire, la belle avait déjà discrètement levé les yeux. Quant à ce qui était déjà plus clair qu'une insinuation au sujet de conflits, elle ne put s'empêcher de hausser un sourcil. Visiblement, ces mots revêtaient d'autant plus d'importance que la gorge qui venait de les produire ne semblait pas acclimatée à la sérénité des lieux. Des excuses, certes maladroites, mais qui valaient la peine d'être examinées. De fait, sans même s'en rendre compte, Nerenwë lança un regard empreint de curiosité et de bonté vers l'elfe, quoiqu'il fut aussitôt happé par l'entrée d'un troisième compagnon. A sa discrétion, ses origines elfiques étaient facilement reconnaissables. Quant à sa démarche de prédateur ayant aperçu quelque proie, elle fut toute aussi parlante que l'arc à son dos.

Au final, elle aurait pu simplement s'arrêter là, dans le savoir déjà possédé rien qu'à regarder et écouter de son petit coin de bibliothèque. Ses doigts auraient continués de tourner les pages, ses yeux de s'y plonger par intermittence, ne désirant clairement pas déranger les affaires en cours du barde. Si l'être elfique n'avait pas eut l'idée idiote de se tailler une veine pour mieux signer son contrat de son sang. A cette vue, il n'en fallut pas plus à la belle pour se redresser, fermant délicatement le livre qu'elle bouquinait, et se diriger immédiatement vers cette étrange compagnie.


▬ Messires. »

Salua-t-elle du bout des lèvres, le visage masqué par ses cheveux qui n'avaient pas acceptés ce mouvement trop brusque et les mains déjà occupées à se saisir du bras de l'inconnu pour le bloquer du mieux possible contre le comptoir - non sans un regard d'excuse envers Alägrim.

▬ Faut-il être fou ou désespéré pour conclure un pacte par le sang... Et ce au milieu des livres en plus. »

Ne pouvait-il pas penser aux répercutions qu'il pourrait y avoir si un seul parchemin venait à se faire toucher ? Une légère moue boudeuse donna un air encore plus jeune à l'hybride tandis que d'une main passée dans sa chevelure elle se libérait la vue pour mieux observer cette blessure de gnou. Et ça pour en être... Si il avait tranché suffisamment pour se permettre une petite fontaine, ce qui promettait une bien belle nouvelle cicatrice, il n'y avait en fait rien d'affolant du tout. D'un mouvement sec et sans émotion particulière à l'encontre de son vêtement, la blanche créature déchira un simple morceau de tissu de ses manches elfiques trop longues avant de se permettre, d'un geste aussi doux qu'il se révélait autoritaire, de le nouer soigneusement autour de la blessure sur laquelle elle garda sa paume posée quelques secondes avant d'enfin regarder le chasseur dans les yeux.

▬ Appuyez simplement, s'il-vous-plait... Assez de sang pour aujourd'hui... »

De ses mains arachnéennes, la bâtarde se saisit de celle encore libre de l'inconnu pour la poser avec délicatesse sur l'ersatz de pansement, appuyant légèrement sa peau du bout des doigts pour indiquer la méthode pour stopper l'affût de liquide vital. Au fond, ce n'était rien. Mais tous savaient parfaitement, elle en aurait juré, qu'un rien pouvait vite devenir un gros problème s'il n'était prit en compte à temps.

▬ Et cessez de tourmenter votre âme par la honte de vos actes. Même s'il est difficile de laisser sa vie entre les mains des autres, vous n'êtes pour autant pas esclave, sinon en cela que votre geste sert visiblement une plus grande cause. »

Rajoutés d'un murmure éthéré, ces quelques mots ne furent que pour lui. Cependant, et quand bien même tout lui criait-il que ce n'était pas la bonne chose à faire si elle tenait à sa propre vie, la gracieuse demoiselle tourna son visage inquiet vers le premier arrivant.

▬ Pardonnez-moi cette interruption, mais j'ai cru comprendre que vous aviez perdu un barde... Avez-vous une quelconque idée de son état en ce moment même ? Blessé ou mourant, voir emprisonné s'il n'a eut l'occasion de revenir ? »

Non, définitivement, ce n'était pas là sa quête. Et pourtant, il était difficile pour elle de ne pas y voir là un signe du destin quant à pouvoir aider quelqu'un, aussi maigres soient ses moyens pour l'heure. Pour la peine, et après un vague froncement de sourcil qui suffit à exprimer sa réflexion, la belle termina son tour par ce cher érudit qu'elle commençait déjà à apprécier.

▬ Maître Barde, vous qui êtes détenteur de tant de savoir... N'auriez-vous entendu parler de quoique ce soit qui puisse aider à retrouver ce pauvre disparu ? Le temps pourrait presser, et je ne peux m'empêcher de penser que votre bonté est assez grande pour formuler ne serait-ce qu'un indice à ses amis désespérés... »

Et d'adresser à ce dernier son plus beau sourire d'espoir, elle dont les prières semblaient avoir été entendues, bien qu'elle ne fut guère sûre d'oser proposer sa maigre contribution à ces aventuriers pour retrouver le disparu.

TC : = +60 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 31 Jan - 17:15

Comme le plus pur des marbre, Alägrim était resté muet devant le druide et son acolyte. Pas un seul mot, pas une seule expression faciale ne vinrent troubler son sérieux. Le son des excuses que proclamait le druide était quelque peu branlant mais le barde savait juger ces sentiments à leur juste valeur. Silencieusement, il acceptait le pardon que ce dernier semblait lui demander. Très vite, ce son fut coupé par la cacophonie intéressée de Korndor.
Bien sûr il aurait pu mettre un peu du sien et signer le bout de papier que lui tenait le vieil homme mais cela n'aurait été bon ni pour l'un ni pour l'autre. La plume du druide restait frêle et les clauses qu'il récitait étaient aussi solides que des brindilles sèches. Jamais il ne se risquerait à signer un parchemin aussi peu sûr. L'arrivée avec fracas du chasseur ne fit que conforter le barde sur sa position: ils n'étaient pas prêts. Ces hommes étaient instables et n'hésitaient pas à revenir sur leur parole ; lorsque le sang du chasseur vint à tomber sur le plancher de son établissement sentit comme une légère impatience dans l'air. Les sables du temps s'écoulaient avec ce qu'il restait du musicien perdu, l'empressement dont ils faisaient part n'était que trop légitime et pourtant ce n'était pas en agissant ainsi qu'il serait sauvé, bien au contraire.
La douce voix de l'elfe le ramena alors à la raison, une fois de plus, les pensées dans sa tête ne cessaient de se croiser ce qui lui avait couté quelques cicatrices. Il pris le papier que le druide lui tendait et après une rapide lecture, le parchemin cramoisi s'enflamma.


-Une fois de plus, mes informations vous intéressent mais, encore une fois, ce que vous me proposez ne vaut certainement pas la vie de votre ami. Vous vous dîtes pressé de le revoir mais jamais vous n'avez fait preuve de curiosité. Malgré tout, vous revenez et, comble de l'ironie, avec un traité rédigé par vos soins. Sachez que je ne conclue aucun marché sur un papier de cette valeur, ce dont vous recherchez est bien trop important pour être mis sur du vulgaire papyrus. Il y a cependant un point où nous nous accordons, il est grand temps qu'un accord se fasse pour le bien de tous. Par chance, j'avais prévu votre retour sur les genoux, aussi un pacte eut été préparé si jamais vous vous présentiez avec de véritables excuses.

Il prit la petite cartouche de la gueule du serpent et, susurrant de vieilles paroles, cette dernière se descella. Un vélin d'une couleur pourpre en sortit.

-Le Serpent Doré est un objet enchanté fascinant. Saviez-vous que toute chose passant par sa gueule se trouvait automatiquement sauvegardée à tout jamais ? Certains parlent de magie multiplicatrice, d'autres d'illusion mais son ancien gardien me le ventait en tant que «Aube-Jet-Doux-Blanc-Hun-Eau-Trot». Allez comprendre le langage des trolls... Si vous voulez bien tous vous assoir autour de la table derrière vous, je vais vous faire la lecture de ce pacte. Il se peut que son contenu ressemble de très près à ce que vous m'avez proposé Korndor, coïncidence ou pas ? Qu'importe après tout.

« Ce parchemin fait office d'accord entre Alägrim le Barde, Korndor de Galädrim ainsi que Xerrar des Sang Naturel devant les yeux de Nerenwë, témoin du présent accord. En sa qualité de plus sage membre des Sang Naturel, Korndor représente aussi les membres absents de la guilde et concernés par le pacte. Une fois signé, la légitimité du traité ne peut plus être mise en cause et ceux, qui par mégarde, tenteront d'y dérober devront faire face au Jugement Suprême.

Article I: Alägrim le Barde s'engage à donner aux Sang Naturel, représenté par Korndor et Xerrar, les informations vitales concernant la disparition d'Ersaishania, barde de la guilde en échange des engagements prévus dans l'article II.

Article II: Korndor, Xerrar s'engagent à verser toute ressource magique qui ne serait pas à leur portée ou dont ils ne sauraient honnêtement faire usage, ou tout écrit qui reviendrait de droit au barde s'il s'agissait d'un contenu culturel de toute sorte. De même que si les aventuriers venaient à trouver un quelconque objet musical ou trésor enchanté et que ces derniers voudraient les revendre, ils devraient se référer à Alägrim le Barde.

Article III: En gage de bonne volonté, Alägrim le Barde s'engage à mettre en consultation les différents documents culturels.

Article IV: En tant que possesseur d'informations capitales, Alägrim s'engage à les donner en temps et en heure aux aventuriers en fonction de leur avancement dans la rescousse d'Ersaishania. De ce fait, les informations seront délivrées par mésange magique.
Les aventuriers ont le droit légitime de demander secours par le biais de cette dernière.

Article V -clause de sécurité-: Toute personne apparaissant dans cet acte est soumise au devoir de silence. Aucune des informations données par le barde ne doivent êtres diffusées à une tiers personne sans l'autorisation de son possesseur.
Le présent acte est signé sous le signe de la Déesse de la Justice, toute personne le bafouant devra répondre de ses actes devant cette dernière.

Article VI -informations supplémentaires: Le dragon Balbereith ayant bafoué le sanctuaire dédié à la Destinée ; le barde se réserve le droit d'annuler la rune de bannissement à tout moment, que cela soit dans quelques semaines comme dans plusieurs années.
Cependant, le Dragon devra faire des excuses publiques devant l'établissement du barde et s'acquittant d'une taxe de cent cinquante pièces d'or.

Les actions faites par le dragon à l'encontre du barde dépendent à présent du reptile ainsi que de ses compagnons de guilde. Tout manquement de parole ou de châtiment sans raison clairement établie sera punit par les Dieux. »


Voilà qui est beaucoup plus concis et plus juste pour chacune des parties. Ce présent pacte constitue la dernière proposition que je puisse faire, et je ne changerai aucune clause. Mon intégrité et la valeur de ma parole en dépendent.

Voyant le druide porter un regard nostalgique sur la carte qu'il tenait entre ses mains, le barde déclara:

-Ce parchemin semble vous intéresser, à présent il est votre jusqu'à ce que vous jugez que vous n'en avez plus utilité. Considérez cela comme un gage de ma bonne foi.

Sentant la crainte et l'impatience justifiée de Nerenwë, il lui adressa une parole, qu'il espérait tomber dans les oreilles de toute l'assemblée.


-Les sables coulent et la rivière s'assèche,
Noir et rouge sont seuls,
Là où les destins se croisent et se recroisent,
Là où se terre le Misérable,
Vie et Passion ne l'importe plus,
Contrôle et Vengeance sont ses derniers recours...

Une fois de plus, il sentait la confusion autour de lui mais seraient-ils en mesure de décrypter le message caché. Seraient-ils assez malins pour comprendre qu'ils ne couraient non plus après une vie mais après un esprit. Comprendraient-ils la définition d'esprit que la forêt avait prise depuis longtemps... Avant de s'adresser au druide pour lui expliquer les derniers détails, il s'adressa au chasseur à qui il avait promis quelques détails sur la « Bête ».

-Messire Xerrar, le trophée que tu cherches nul ne sait à quoi il ressemble exactement. Cependant, il se pourrait que votre ami perdu en sache quelque chose. Chaque son est unique, un barde perdu dans une forêt enchantée à de grandes chances d'avoir entendu les sons de la « Bête ». Surtout dans sa position actuelle...

Après avoir sorti quatre plumes de son comptoir, il se tourna soudainement vers le druide et lui demanda d'écouter attentivement ce qu'il allait suivre.

-Le pacte présent est immuable. A présent, nous allons passer à l'étape la plus importante de ce qui constitue un marché équitable: la signature.
Comme je vous l'ai déjà demandé, mes pactes se font avec le sang et la plume. Le sang constituant la garantie la plus solide si vous veniez à remettre en cause le pacte ou si quelqu'un venait à remettre en cause votre parole. Ton ami l'a bien compris mais inutile d'aller jusqu'à s'entailler un bras qui pourrait être utile à maintes autres reprises. Devant vous se trouve quatre plumes différentes à la pointe aiguisée, je vous demanderai donc de vous piquer le bout d'un doigt avec l'une d'entre-elles.
Une fois ce procédé fait, il ne vous restera plus qu'à apposer une signature au bas du vélin, rien de plus simple. Cela fait, le pacte sera donc considéré comme acquit et nous pourrons enfin passer à des choses plus concrètes.
Dame Nerenwë, je vous demanderai et je m'en excuse d'avance, d'apposer vous aussi votre signature en temps que témoin.

Alägrim prit alors sa traditionnelle petite plume de chouette bleue aux reflets émeraudes et après s'être piqué l'index, d'un geste gracieux, il apposa sa signature. Il montra alors aux jeunes gens les différentes plumes qui se trouvait à leur disposition: une curieuse plume rouge de la taille d'un majeur, une magnifique plume de rukh, une plume noire de corbeau ainsi qu'une plume identique à celle que tenait Korndor dans sa main -une plume d'alouette parfaite balancée.


-Et n'oubliez pas, une plume par personne. Une fois tout cela fait, je vous demanderai de bien vouloir rester, je vous donnerai donc le résumé global de la situation. Les détails viendront par la suite, comme promis.

Pour la première fois depuis l'arrivée de la guilde, la mine sérieuse du barde se changea en une expression mélangée de confiance et d'accueil. L'enfer qu'Ersaishania devait endurer touchait à sa fin, si ses amis l'étaient réellement, alors il était proche du renouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Xerrar
Consacré
Consacré
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 31 Jan - 19:19

Xerrar se redressa. Il remercia Nerenwë dans un souffle, en ne quittant à aucun moment le barde.
Ce pacte semblait équitable pour les deux partis et les clauses qui le régissait semblaient clair et précises. Aucune malice ne semblait pouvoir atteindre l’intégrité du pacte finement rédigé par Alägrim. Le jeune chasseur prit une des plumes du barde, la plume de rukh lui rappelait sa jeunesse, et son coeur lui dit de prendre cette dernière. Inconsciemment, le chasseur signa le pacte avec bien plus que sa parole en utilisant une telle plume. Il ne le saurais probablement jamais. Au moment de se piquer le doigt, un flot de chaleur l'embrasa de bout de son index, jusqu’à la pointe de ses orteils chaussés. Il fit tomber une perle de sang qui vint décrire une forme particulière. Le mélange entre les deux cultures qu'avait côtoyé Xerrar se mêlèrent parfaitement dans le sang de la signature. Les courbes sensuelles des elfes et les traits rugueux des hommes semblèrent danser un ballet magique.


-Je vous présente mes plus plates et sincères excuses pour votre plancher, barde. Ma condition ne m'a malheureusement pas parmi d'entrer souvent dans de tels lieux, et je n'ai pu comprendre à quel point cet endroit vous est sacré. Maintenant que j'ai apposé ma propre signature sur ce contrat, vous pouvez être sure que je ne tenterais de vous duper. Comme je vous l'ai déjà dit, nous autres chasseurs de primes, n'avons qu'une seule parole, qui nous est plus cher que tout en ce monde. Notre parole bafouée, notre honneur l'est également. Et cet honneur est la seule décoration d'un chasseur. Perdre cet fierté reviendrait à perdre notre liberté. Et vous pouvez en être certains, nombre de mes amis ont pris la décision de terminer leur vie quand cette liberté ou cet honneur leur furent aliénés.

Xerrar se recula et fixa la clerc qui restait de marbre.

-Vous me voyez désolé, ainsi que mon ami, de vous entraîner dans pareil aventure dame Nerenwë, et je comprendrais aisément que vous ne puissiez nous pardonner ces actes, mais nous voici maintenant de la même galère, et nous vous rendrons cette signature en centuple s'il le faut. Mais en signant ce contrat vous nous permettriez de nous rapprocher encore un peu plus vers notre objectif.

Le chasseur se tourna ensuite vers Korndor qui, malgré son expérience, laissait transparaître une certaine fougue. Il souhaite réellement retrouver le barde, pensa Xerrar, et pour toi, mon ami je signerais n'importe quel pacte. Les informations que je cherche passent par la recherche du barde et je ne puis me permettre de rater pareille bête.

-Je retrouverais Ersaichania en votre compagnie, Korndor. Nous le retrouverons, je vous en fait la promesse.

Le chasseur sourit au vieux druide. Il était profondément sincère. Un chasseur n'a qu'une seule parole...


TC : = +24 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mar 31 Jan - 20:57

Le druide relut le parchemin, et sans un bruit le reposa sur le bureau. Il semblait gêné.
Il dit alors, dans sa concision habituelle :


- Messire barde, le sang chez moi ne coule que sur le champ de bataille ou lors de sacrifices. Nous autres, Celtes, considérons tout autre usage comme une hérésie et un gâchis sans nom. En tant que plus haute entité de mon peuple, je ne peux me résoudre à signer de mon sang. De la salive conviendrait-elle ?

Il baissait les yeux, honteux de ne pouvoir se résoudre à signer aussi simplement la solution qu'Alägrim lui proposait.
Dans sa gène, il n'avait même pas remarqué l'attention bienveillante du chasseur. Quoi qu'il en soit, ce dernier devinait la réponse : de la reconnaissance, et du silence.
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mer 1 Fév - 1:57

D'un sourire aussi simple et limpide que les eaux d'un lac, Nerenwë accepta les remerciements imperceptibles du chasseur avant de se joindre sans même une protestation au mouvement jusqu'à la table. En soi, son âme était déjà liée à cette histoire rien qu'en ayant réagit au sang versé, et il ne résidait plus en son âme qu'une forme d'inquiétude un peu vaine. Bien qu'inconnu, ce barde perdu était devenu une personne précieuse à ses yeux dès son existence exprimée, et déjà son cœur se comprimait à l'idée qu'un simple geste, une simple négation de la part de quiconque puisse lui coûter la vie, si ce n'était bien plus. De fait, aux excuses du bibliothécaire, la semi-elfe se contenta de secouer doucement la tête.

▬ Je vous en prie, ce n'est pas cher payé si cela peut permettre un accord entre vous qui favorisera le retour de ce barde, Sir. »

Et sans plus de cérémonie, la belle glissa délicatement le bout de ses doigts sur chacune des plumes restantes avant de soulever la rouge pour mieux la porte à son regard. Jamais, durant sa vie précédente, elle n'en avait vu de semblable, et elle resta durant un instant suspendue à sa curiosité, la faisant doucement tourner entre son pouce et son index. Ainsi faite, elle pouvait tenir même dans sa main, et si sa couleur rappelait vaguement celle du sang qu'elle ne voulait plus voir, elle n'en avait pas moins quelque chose de familier. Comme une sorte de mélange entre la fragilité et la force. Ce fut cette observation plus qu'autre chose qui la poussa à sursauter en entendant à nouveau la voix du chasseur de prime.

▬ Ne vous excusez pas non plus, ni l'un ni l'autre, c'est inutile. Je comprend vos raisons et ne peut qu'être en accord avec elles, ainsi je ne peux décemment vous en vouloir. Si j'en crois ce que j'entends... Mieux vaut faire front commun, et bien que vous étant inconnue, ma vie ne serait de trop pour vous aider. »

Comment l'aurait-elle put, n'est-ce pas ? Alors enfin la pointe acérée de cet outil d'érudition rencontra sa peau, et c'est avec une discrète grimace qu'elle regarda se former une goutte de sang à sa base. Non pas qu'elle eut peur de se voir liée ni par ce contrat ni par ce qu'elle avait de plus sacré en elle, loin de là. Juste un manque d'amour flagrant face à la moindre petite douleur, bien qu'elle n'en fit aucunement part avant de se préparer à signer. Son geste se suspendit dans les airs cependant que le druide s'exprimait à son tour avec honte. Pour la première fois, elle le regarda attentivement, se mordillant la lèvre inférieure à mesure de sa maigre explication.

▬ N'est-ce guère un sacrifice en soi de renoncer à tout, et jusqu'à sa vie même, pour ne pas entacher son honneur ? »

Dit d'une façon aussi innocente, sans autre allusion que les mots clairement prononcés, il n'en restait pas moins qu'il était clair que la jeune prêtresse faisait référence aux différents qui avaient embrouillés barde et druide. Se retournant lentement vers Alägrim, elle sembla réfléchir encore quelques secondes avant d'ouvrir à nouveau la bouche.

▬ Puis-je proposer de signer en son nom si en cela je suis prête à prendre toutes les responsabilités quant à ses actions envers les conditions couchées sur ce parchemin ? ... Non plus en tant que témoin, mais représentante ? Je suis prête à l'assumer si aucun autre moyen ne peut être trouvé. »

A nouveau, son regard glissa jusqu'à Korndor, hésitant.

▬ Avec votre permission, si cela vous sied. »


TC : +42 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mer 1 Fév - 10:55

Le druide, interloqué, regarda le jeune femme avec de grands yeux écarquillés.

- Eh, bien, chère amie, je n'y vois pas d'inconvénient...

Il avait été surpris que cette femme qui leur était totalement étrangère se soit aussi spontanément proposée pour une tâche aussi ardue et risquée. De même qu'il avait été surpris d'entendre le mot "sacrifices" prononcé en ce sens ; cette orientation sémantique lui paraissait impie.

- Prêtresse, je ne donne rien aux dieux ce-faisant, et le sacrifice est le fait de rendre sacré. Quand le sang d'un homme coule jusqu'à la dernière goutte sur les grandes tables de pierre et que son âme s'envole parmi les esprits de la forêt, cela peut être qualifié de sacrifice. Mais signer un accord qui déclare faire une concession, cela serait plutôt définissable comme étant partie intégrante des "affaires humaines".

Korndor était à la fois étonné qu'une femme si érudite ignore tout de sa culture, et attendri par sa maladresse et sa bonté. Ainsi tendit-il son poignet, et un corbeau voleta à l'intérieur de la boutique puis se posa sur le bras du vieil homme.

- Aëllys veillera sur vous, ma chère. En vieux celte, ce nom signifie "ange" en ce sens qu'il est messager. Qu'il soit votre gardien, c'est mon serviteur le plus efficace. En cas de problème il se battra comme il le peut, et viendra nous avertir si vous veniez à vous égarer. Prenez-le, je vous l'offre avec gratitude.

Le corbeau étendit ses ailes et effectua un léger battement de plumes le menant sur l'épaule gauche de la jeune femme. Puis Korndor se retourna vers Alägrim :

- Barde, cela vous conviendrait-il ?

Le Guide : +17 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Mer 1 Fév - 19:39

A découvrir que le druide n'était guère réfractaire à sa proposition, le visage de la demoiselle s'illumina d'un sourire enfin rassuré. Que rien ne puisse se mettre en travers de cet accord semblait, en cet instant, être devenu son plus grand bonheur, dans la simplicité un peu naïve dont elle faisait preuve. De là à ignorer les risques encourus par une telle proposition, il n'y avait qu'un pas, mais cette envie d'aider toute personne dans le besoin effaçait presque son habitude à faire preuve de réflexion. Elle avait pourtant conscience de ne rien connaître de ces hommes et, de ce fait, de pouvoir être roulée sans état d'âme, prête qu'elle était à accepter tout ce qui pourrait découler d'un non-respect des clauses, mais rien ne l'indiquait alors qu'elle penchait doucement la tête en avant aux paroles de celui dont elle était prête à prendre la responsabilité.

▬ Aux... Dieux... » Chuchota-t-elle.

Durant un bref instant, l'elfe cligna des yeux, faisant danser ses cils par-dessus un regard trouble. En soi, la notion de sacrifice aux Dieux lui était familière, bien que rarement appliquée par leurs serviteurs, sinon en certains cercles qu'elle n'avait pour ainsi dire jamais fréquenté, expliquant aisément que sa pensée ne se soit pas attardée sur le fait qu'à servir la Nature, le druide suivait des préceptes légèrement différents des siens. Mais plus que cela, c'était de soudainement penser qu'ici tout était différent qui venait de la saisir, la tenant à bras le corps par-dessus un précipice d'incertitude. Sa Déesse ici n'était plus, et bien qu'en son âme résidait encore la force de son amour, elle avait conscience que tout la poussait à glisser son cœur dans les mains d'une autre. Elle sentait sa présence, déjà, depuis son arrivée, et un nom doucement prenait place en elle. Mais ce n'était ni l'endroit, ni le moment de se pencher sur ce que ce monde impliquait de nouveau pour elle, et en un instant son regard redevint limpide alors qu'elle se contentait d'un sourire d'excuse pour sa maladresse qui rapidement se chargea d'un petit son de surprise alors que le corbeau apparaissait pour se poser sur le bras de Korndor. Elle en avait vu, bien sûr, au sein du clan qui l'avait recueillie, mais jamais d'aussi... Impressionnant. De fait, ses yeux s'écarquillèrent d'autant plus de surprise et d'émerveillement lorsque celui-ci vint rejoindre son épaule, frôlant de ses serres la peau fragile et chatouillant sa nuque de quelques plumes d'ébène.


▬ En ce cas, Messire Korndor, je veillerai autant sur lui que lui sur moi. »

Ainsi de son unique main libre glissa-t-elle un doigt devant le bec du messager céleste, le laissant y picorer avec douceur avant de se laisser aller à une approche plus assurée d'une caresse sur son cou. Vue de cette façon, ébahie qu'elle était de chaque mouvement qu'il faisait, la semi-elfe apparaissait aussi impressionnable et innocente qu'elle l'était en réalité, quand nul début ne venait s'emparer de son esprit, bien qu'elle en revint rapidement à poser son regard suppliant sur le barde Alägrim, adressant ses prières silencieuses aux Dieux qui voudraient l'entendre afin qu'il puisse voir et accepter cette confiance qui venait de s'établir sous ses yeux. Ayant retrempé la plume dans ce sang qui coulait le long de son doigt depuis lors avant de mettre le bout de ce dernier dans sa bouche, elle n'en était qu'à un doigt prêt de signer, gardant soigneusement sa plume au-dessus du parchemin, décidée à y laisser s'y inscrire à jamais sa signature, aussi fluide que sensuelle de par une vie entière chez les elfes, dès un mot favorable prononcé.


TC : +36 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Jeu 2 Fév - 19:48

« J'ai froid, très froid. J'ai peur, oh oui j'ai peur. Mais plus que tout cela, je me sens seul, très seul. Il m'avait promis de revenir mais il ne l'a jamais fait. Pourquoi, je ne le sais. Je voudrai exprimer ma tristesse et ma colère mais je ne le peux ; je ne peux plus. C'est comme si ce monde s'était soudainement renfermé sur moi ; je me sens comme une mouche. Une mouche piégée par les immenses mâchoires d'une dionea.
J'aimerai tant qu'il s'approche un peu plus, un tout petit plus encore et ce sera parfait. »
Malgré le regard livide qu'il avait, les aventuriers n'avaient pas remarqué la transe du barde. Alägrim détestait quand cela lui arrivait, il détestait la sensation que procurait celle d'être dans un autre corps que le sien. Il détestait la sensation quand il reprenait ses esprits, c'était toujours la même chose. D'abord un flash aveuglant et puis il se retrouvait désorienté et puis il perdait le contrôle de son corps, tombant le plus généralement par terre. Cet état, jamais il n'avait réussi à le maitriser totalement ; jamais il ne comprenait quel était le déclic qui le faisait retourner dans son corps, dans le monde bien réel.
Cette fois-ci, la dernière chose qu'il semblait avoir entendu était quelque-chose en rapport avec la salive. Et puis ce fût comme une déferlante d'informations, il voyait le druide refusant de signer avec son sang. Il voyait comment ce dernier voulait contourner le pacte en signant avec sa salive, il voyait la jeune elfe se proposer à sa place. Tout était clair à présent.
Agrippant les poignées de ses tiroirs, il se releva péniblement. Voyant que la jeune fille s'apprêtait à toucher le papier avec la plume, son esprit ne fit qu'un tour avant qu'il ne vocifère d'arrêter ce qu'ils allaient accomplir.


-Jeunes fous ! Arrêtez immédiatement ce que vous vous apprêtiez à faire ! N'ai-je pas précisé que chacun devait signer ? N'ai-je pas précisé qu'une plume par personne ?

Le ton se sa voix se calma peu à peu en voyant la mine apeurée de la clerc, aux dires de l'expression qu'elle faisait, il devait ressembler une fois de plus aux magiciens fous. Cette attitude violente n'aurait pas dû être là mais son intervention avait évité le pire à tous. Si les intentions de chacun avaient été bonne, l'acte qu'ils auraient pu commettre était l'un de la pire espèce. Un acte profanateur. Le barde ne pouvait imaginer les effets que cela aura pu engendrer, car s'il connaissait les bons côtés du Serpent, son ancien propriétaire n'avait pas été loquace quant aux châtiments qu'il pouvait infliger. A part que la mort était longue, douloureuse et infinie.


-Druide, je comprends que signer avec ton sang est interdit par ta religion cependant il existe un autre moyen pour toi. User de salive est le contraire du sang, le sang est une matière noble, pure et qui ne ment jamais. La salive, au contraire, est le foyer des paroles mensongères et autres perfidies.

D'un geste magique, il fit disparaître la plume que tenait Nerenwë dans sa main avant d'en faire apparaître une identique.

-Vous les druides n'avez-vous pas une rune propre à votre personnalité. Votre signature magique si je ne m'abuse ? Vous ne pouvez peut être pas utiliser votre sang mais cette dernière est un moyen similaire de ratifier un pacte. Apposer-là et la chose sera réglée.

Depuis son retour à la réalité, il voyait que la jeune prêtre se posait énormément de questions. Interrogations dont il ne pouvait donner réponses pour le moment, mais il devait s'excuser de l'affolement qu'il avait généré.

-Je vous présente mes excuses ma chère amie, j'espère que cela n'entachera pas nos relations. Inutile de vous blâmez pour ce que vous alliez faire, vous ne pouviez point connaître ma réaction. Ni vous, ni personne.
Voyez la plume que vous tenez dans votre main, c'est une nouvelle, j'ai du détruire la précédente pour éviter de causer du tord à qui que ce soit. De fait, et vous m'en voyez confus, mais je suis obliger de vous demander de recommencer le protocole.

Sentant qu'il pouvait retomber par terre d'un moment à l'autre, il pris le soin de faire une petite pause. Après s'être assis sur une chaise de bois, il avala le contenu d'une petite fiole rose. Il s'adressa alors à l'assemblée.

-Une fois signature et rune apposées, je vous demanderai de me laisser un moment seul. Dans cet état frêle, je ne puis vous donner la moindre information. Revenez demain soir dans la soirée et je commencerai à remplir la part de mon marché. Profitez en tous pour vous reposer. Un long périple se dessine devant vous. Long et éprouvant...
Revenir en haut Aller en bas
Korndor le Rôdeur
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Jeu 2 Fév - 21:10

Le druide acquiesça simplement d'un hochement de tête, et s'avança vers le papier.
La plume d'alouette et d'un peu d'encre, c'était tout ce dont il avait besoin à présent.
Il dessina de larges symboles en bas de la feuille :


MatriceHéritage - AncètresLumière - GuideSagesse - Repos - MaCorbeauDestin - Secret - DéMort - Passage

Il entrouvrit ses lèvres, et psalmodia :

- Celui né des sages à l'âge d'or,
au triste héritage de voix de morts,
guidé par la foi en ses amis,
ne faillira pas à cet écrit.
Ma culture et mon âme me l'ordonnent :
s'il faut pour cela que je me donne
au sombre repos des cimetières
enfermé dans une sombre bière,
alors mon repos sera béni
des dieux comme de mes chers amis.
C'est ce vieux corbeau noir que je suis
qui donne sa force et son esprit
pour une cause qui dépasse sa nature
d'être de chair morne et de verdure.

Puis il reposa la plume sur le comptoir après avoir posé la paume de sa main sur sa signature,
qui brilla un court instant de rayons aux reflets dorés.


- J'attends la journée de demain avec impatience. Enfin, je pourrais retrouver ce vieux filou de barde, celui qui partage mon sang et mes traditions. Un celte ne devrait jamais être seul.

Il sortit alors doucement, et se retourna au passage pour saluer la prêtresse et le chasseur.
Une fois sur le perron, il sauta d'un bond agile et se transforma en corbeau, étendant ses ailes vers la forêt. Une fois qu'il fut hors du champ visuel de ses compagnons, ils remarquèrent un étrange parchemin sur le sol. Sur un vieux papier jaunâtre, le druide avait écrit d'une écriture tremblante un manuscrit en langue Oghamique qu'il espérait que la jeune femme comprendrait :


ᚐᚒ ᚚᚓᚈᚘᚈ ᚋᚐᚈᚘᚅ
ᚅᚑᚗᚎ ᚅᚑᚗᚎ ᚏᚓᚈᚏᚖᚃᚓᚏᚖᚅᚎ
ᚂᚐ ᚋᚖᚏᚈ ᚐᚚᚚᚏᚖᚉᚆᚓ
ᚄᚖᚅ ᚏᚓᚚᚐᚄ ᚏᚄᚈ ᚈᚘᚓᚇᚓ


Revenir en haut Aller en bas
Nerenwë
Adoubé
Adoubé
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Jeu 2 Fév - 22:45

A la réaction du barde, la jeune demoiselle eut bien du mal à contrôler son sursaut et un regard effarouché vers ce dernier; En aucun cas elle ne s'y était attendue, et alors même que tout se produisait sous ses yeux, cela semblait encore flou. Manquant presque d'en lâcher la plume, l'elfe se recroquevilla contre le dossier de sa chaise, écartant avec une lenteur hésitante la pointe gorgée de sang sans oser quitter du regard le bibliothécaire enragé. Ce n'est qu'à cet instant qu'elle vit sa peau livide, son regard fiévreux et cet appel silencieux, désespéré qui émanait de lui, comme une triste preuve de sa difficulté à exprimer ses sentiments paniqués d'une autre façon que celle de sa violente intervention. Le retour à la réalité fut rude, et pour preuve elle se contenta de hocher doucement la tête, trouvant de la difficulté à déglutir tandis que ses mains tremblaient avec le plus de retenue possible. Mais, constatation stupide, elle avait l'impression de comprendre. Quant à ce qu'elle n'arrivait à effleurer que du bout de ses pensées, cela ne faisait que réveiller d'autant plus de questions au fond de son esprit, ce qui sembla ramener l'attention de cet elfe aux savoirs bien trop immenses pour être saisis si simplement par la plus humble des mortelles.

▬ Que d'excuses en si peu de temps... »

Le son qu'elle expulsa fut, malgré elle, plus proche des larmes que du rire prévu, mais ne l'empêcha pas de se redresser à sa place, retrouvant une main presque ferme sur la nouvelle plume au creux de sa paume.

▬ Si je ne suis à blâmer, sachez que vous ne l'êtes pas plus. Peut-être me suis-je montrée trop empressée, poussée par la nature même de l'inquiétude et de vouloir bien faire. Je suis sûre que votre attitude s'explique, et si je ne puis en comprendre l'exacte raison, du moins puis-je l'accepter de bonne grâce et ne tiens en aucun cas à la mettre entre nous. »

Ces mots prononcés, et malgré son cœur battant encore à tout rompre de par sa fragilité autant de cœur que de caractère, la bâtarde se plia volontiers au devoir qui était le sien en récupérant à nouveau son sang au bout de la plume avant de tirer le parchemin à elle. Avec un soin tout particulier, la blanche colombe laissa couler l'encre de son corps sur le parchemin, celle-ci se mettant à briller faiblement à mesure qu'elle se dessinait d'arc en demi-lune et de sourires morts-nés, enchevêtrement secret et douloureux né de son nom et de sa vie entière. Lorsque la dernière courbe vint rejoindre les autres en un final aussi déchirant qu'un adieu et aussi tendre qu'un pardon, la semi-elfe posa le bout de ses doigts sur l'écriture, relevant doucement la tête et offrit à chacun des hommes un sourire confiant et, au fond, plus fort qu'il n'y paraissait de prime abord.

▬ Man hlaruva rávëa súrë,
ve tauri lillassië,
wilwarin wilwa,
rámainen elvië,
isilmë ilcalassë,
isilmë pícalassë,
isilmë lantalassë.
Man cenuva métim’ andúnë ? »

Lorsque ses doigts se retirèrent ne restait plus que l'écho de la magie céleste, et c'est d'un gracieux mouvement qu'elle se contenta de se lever pour mieux s'approcher d'Alägrim à qui elle murmura quelques mots :

▬ Ne vous forcez jamais à être seul, et gardez vos forces. Plus que des informations, ce serait un homme bon que nous perdrions. Pour cela, et pour moi si cela peut vous persuader, reposez-vous tout autant que nous jusqu'à notre prochaine rencontre. »

Ainsi sortit-elle pour voir l'envol du druide qui lui arracha autant un air mélancolique qu'une douce caresse à Aëllys, lui même trouveur du fameux message posé comme par le vent sur le sol. Se redressant après l'avoir ramassé, la semi-elfe en examina le contenu en fronçant les sourcils avant de se retourner de moitié pour vérifier la présence de Xerrar tout en chuchotant sa traduction approximative, répétant régulièrement, modifiant des lettres, changeant certaines de place. En soi, le langage des druides n'avait jamais été particulièrement partagé avec les profanes, et elle ne devait son peu de savoir qu'à la vie au sein même de la nature, là où naissaient et mourraient nombre de langues jamais répertoriées dans des grimoires.

▬ Au petit matin
Nous nous retrouverons
La mort approche
Son repas est tiède. »

Dans un frisson, elle tendit le parchemin en parvenant à peine à le quitter des yeux.

▬ Si j'en crois mes maigres connaissances en cette langue si peu usitée, mais ne me faites pas confiance sur ce point, car moi-même je ne puis en être sûre. Quoiqu'il en soit, nous nous retrouverons en somme assez vite. » Dit-elle d'un sourire en s'éloignant à petits pas pensifs.



TC : +54 Gourdin
Réussite critique en traduction : +15 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Perkad
Prétendant
Prétendant
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Ven 17 Fév - 14:11

En entrant dans ce lieu, Perkad fut assez surprise de constater que cette bibliothèque ne ressemblait en rien à de grands murs dans lesquels étaient incrustés de lourds livres aux reliures colorées et épaisses consultés par des personnes âgés à la longue barbe blanche ou par des bardes charismatiques... C'était le dernier souvenir qu'elle avait eu d'un tel lieu, mais elle ne saurait se rappeler où et encore moins quand elle avait assisté à cela. Non, cette bibliothèque était presque miteuse, pleine de parchemins empilés les uns sur les autres et les lecteurs n'étaient autre que des gens pressés ou de simples jeunes chercheurs faisant sans-doute encore des études dans l'alchimie ou encore à l'école de magie... En tout cas, ils ne semblaient pas trouver ce qu'ils devaient chercher...

Le bibliothécaire, un espèce de voyou rabougris aux vêtements aussi pourris que la toge qu'elle venait de jeter s'adressa à elle en la tutoyant. Il n'avait de neuf que le haut de la tête, coiffé de son chapeau qui devait valoir une bonne fortune et une chevelure argentée impeccable. Elle s'inclina en guise de salutation et s'adressa à l'homme de manière courtoise mais directe, un peu dans un ton similaire au sien.


-"Salut mon brave... Je cherche juste des informations concernant l'agrégat de mana, la branche de Fangren et le Kardenia. Notamment à quoi ressembleraient ces trois petites choses et surtout où je pourrai m'en procurer..."


TC : +14 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Alägrim le Barde
Marchand
Marchand
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Ven 17 Fév - 15:35

Cela faisait plus d'une semaine que le pacte avait été conclu mais aucun de ses signataires n'était revenu lui demander les informations. Progressivement, le vieux barde avait repris ses habitudes dans l'attente qu'un preux guerrier irait chercher le jeune musicien perdu. L'arrivée en fanfare de la jeune elfe l'avait interrompu dans sa lecture paisible ; un brin ronchon, légèrement irrité du ton de la faune qui se trouvait devant lui, il était néanmoins plutôt content de pouvoir parler avec quelqu'un.

-Et bien on peut dire que vous n'y allez pas par quatre chemins. Cela est plutôt rare pour un nouvel arrivant d'autant que ce n'est pas comme si vous me demandiez des informations sur ce village ou sur ce monde. J'en arrive donc aux questions suivantes, qui êtes-vous et où avez vous pris connaissance de ces choses dont vous me demandez des explications ?
Revenir en haut Aller en bas
Perkad
Prétendant
Prétendant
avatar


MessageSujet: Re: Hall d'entrée   Ven 17 Fév - 16:15

En effet elle n'y allait pas par quatre chemins... Mais le lieu semblait vouloir dire pour elle qu'il y avait déjà beaucoup, dans le classement des parchemins notamment, à donner des allusions assez chaotiques. Elle s'excusa tout de même du fait qu'elle semblait l'avoir déranger, reprit ses esprits et s'exprima un peu plus poliment.

-"Pardonnez mon impolitesse... Mon nom est Perkad, et je dois juste retrouver ces trois petites choses pour un ami qui voudrait effectuer une simple recette de cuisine, je vous assure que c'est tout ce que je sais... Si il y a des choses que vous savez sur ce monde d'important, je veux bien en être informée pour ma gouverne, mais je vous avoue être un peu pressée en réalité. Je cherche surtout l'aventure et l'exploration, on m'a dit aussi que la quête de ces trois choses m'en donnerait, alors j'ai saisi l'occasion. Mais même si c'est dangereux, ça ne me fait pas peur !"

Il était évident qu'elle n'était pas du coin, encore moins du village... Elle avait une tenue de citoyenne mais pas du tout un visage humain, plutôt des traits elfiques et une taille frôlant tout juste 1m60 mais tout de même athlétique, à priori sans-doute une guerrière confirmant ses dires.


TC : +11 Gourdin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hall d'entrée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hall d'entrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hall d'entrée
» Villes (petit atlas de Théah)
» Hall d'Entrée
» Hall d'entrée
» [Manoir Phantomhive: Le Hall d'entrée]La vipère face au corbeau [Pv: Sebastian Michaelis & Antoine Valérien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angardia :: - Belghärd [B9] - :: Bibliothèque "Le Havre Des Sages"-

© 2012 - Angardia - Reproduction interdite sans autorisation expresse.
Codage par T. | Berka | Forumactif - D'après une idée originale du Tremblecrâne (T.) et du Guide.
Certaines ressources par SD-Arius | Enterbrain | T. | Blizzard | Wizards of the Coast